l'infographie 
un métier, une passion

5. Traitement chromatique sur des images (chromie/retouche couleur/photogravure)

Avant de commencer à réaliser un traitement chromatique sur des images, nous allons régler convenablement un des outils que nous allons utiliser : la pipette

Dans la palette des outils, activez la pipette en cliquant sur l’icône de cet outil.

En réalité, il y a deux sortes de pipettes :
il y a une pipette simple et il y a une pipette d’échantillonnage.

Ces deux outils sont au même endroit dans la palette des outils, il suffit de cliquer et de garder le bouton de la souris enfoncé quelques temps sur l’icône de l’outil pipette dans la palette des outils pour faire apparaître l’autre outil pipette.

Un autre outil se trouve à ce même endroit, c’est l’outil de mesure. On ne s’en occupe pas durant le traitement chromatique sur le les images, il n’a rien à voir.

La pipette d’échantillonnage est reconnaissable par la petite cible qui se trouve sur son icone
Nous verrons plus loin durant cette formation à quoi elle peut être utile.

Elle est apparue avec la version 5 de Photoshop et est largement inspirée de pipettes d’échantillonnage qu’on trouve dans les programmes de pilotage de scanners professionnels.

La pipette simple de la palette des outils sert à prélever dans les images des informations qui concernent la couleur.

Quand on clique avec la pipette dans une image, la couleur qui se trouve à l’endroit où on a cliqué est envoyée dans la case de premier-plan de la palette des outils.

Quand on enfonce la touche ALT et qu’on clique avec la pipette dans une image, alors la couleur qui se trouve à l’endroit où on a cliqué est envoyée dans la case d’arrière‑plan de la palette des outils.

Comme nous le verrons un peu plus loin, la pipette peut également être utilisé conjointement avec la palette des infos.




Le réglage d’échantillonnage de la pipette

Peu importe quelle sorte de pipette est actuellement activée dans votre palette des outils, la pipette simple ou la pipette d’échantillonnage, lorsqu’une de ces deux pipettes est activée dans la palette des outils on voit en haut de l’écran qu’il y a trois options :
«Échantillonnage ponctuel»
«Échantillonnage 3x3»
«Échantillonnage 5x5»

La plupart du temps il vaut mieux utiliser la pipette en l’ayant réglée en «échantillonnage 5x5», comme nous allons le constater avec une petite expérience.

N.B. En modifiant les options d’une des pipettes de la palette des outils, on règle d’un coup les options pour toutes les pipettes de Photoshop : les deux de la palette des outils, mais aussi les pipettes qui se trouvent dans les boites de réglages chromatiques, comme Courbes et Niveaux par exemple.




La palette des infos

Cette palette vous indique quelles sont les valeurs rvb des pixels qui se trouvent en dessous du pointeur dans l’image, même lorsque ce n’est pas l’outil pipette qui est activé dans la palette des outils.

Rappel : quand on dit que la palette des infos vous indique quelles sont les valeurs rvb des pixels, cela veut dire que cela vous indique quelles sont les quantités de lumières rouge, verte et bleue qui créent ces pixels colorés dans l’image.

Pour faire apparaître la palette des infos sur votre écran, il suffit d’aller dans le menu «Fenêtre» en haut de l’écran, et descendre jusqu’à la ligne qui s’appelle «Infos». La palette des infos apparaît alors, généralement en haut à droite de l’écran.

Vous pouvez aussi faire apparaître la palette des infos en cliquant sur l’onglet «Infos» qui se trouve sur l’écran (généralement en haut à droite) à côté de l’onglet «Navigateur».

Cette palette nous servira durant certaines phases de la correction chromatique qu’on va effectuer sur le les images.




Ouvrez l’image «Réglage pipette.psd» (S11)

Dans une image présente du grain, comme c’est le cas de cette image, la couleur d’un pixel dans une portion de cette image n’est pas tout à fait représentative de la couleur de cette portion d’image, parce que dans une image qui comporte du grain, la valeur d’un pixel peut être franchement différente de la valeur d’un pixel qui se trouve juste à côté.

Faites voyager la pipette lentement sur l’image : une première fois avec l’option «échantillonnage ponctuel», et une seconde fois avec l’option «échantillonnage 5x5.

Vous devriez remarquer qu’en «échantillon 5x5» les valeurs indiquées dans la palette des infos, ainsi que la couleur qui apparaît dans la case de premier-plan de la palette des outils, changent moins vite que lorsque vous réalisez la même opération avec le pipette en option «échantillonnage ponctuel».

Avec l’option «échantillonnage 5x5», les informations que vous prélèverez sur les images sont plus fiables : quand vous cliquez à un endroit dans une image, la couleur prélevée est une moyenne d’un échantillonnage de 5 pixels sur 5 (=25 pixels).




Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop : introduction

Les techniques de traitement chromatique qui seront étudiées durant cette formation viseront toujours à préserver le détail des photographies.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on peut vouloir apporter des modifications aux images numériques…

1) pour que le fichier numérique RESTITUE le PLUS FIDÈLEMENT possible les couleurs et les détails du document original qu’on a numérisé. Cela demande un sens plastique et une maîtrise des techniques de correction chromatique qui seront expliquées durant cette formation.

2) pour AMÉLIORER les couleurs et faire ressortir certains détails du document original, ou des images numériques créées avec un appareil photo ou avec un logiciel d’images de synthèse. Cela demande également un sens plastique et une maîtrise des techniques de correction chromatique qui seront expliquées durant cette formation.

3) pour MODIFIER les couleurs du document original, ou des images numériques créées avec un appareil photo ou avec un logiciel d’images de synthèse : par exemple on peut vouloir donner une dominante colorée froide à un paysage pour rendre une ambiance froide. Et là, cela devient créatif, et pas seulement technique et plastique.

Chaque image est unique…
La majorité des images numériques pourront être améliorées en suivant les étapes de la procédure qui va être décrite ici.

Il y a toutefois des images particulières qui nécessiteront une solide expérience de la part de l’opérateur… Ce sont des images qui présentent un sujet naturellement très sombre, comme une écorce d’arbre par exemple, ou naturellement très clair, comme un paysage de neige par exemple, ou naturellement très contrastée, comme un objet foncé posé sur une surface claire, ou bien encore des images qui présentent naturellement une forte dominante de couleur, comme un paysage de coucher de soleil.

Confronté à ces images, le «chromiste» devra faire des choix judicieux, au cas par cas, et parfois s’éloigner délibérément des étapes de la procédure qui va être expliquée ici.

Pour réaliser des réglages chromatiques sur les images, vous allez en partie vous fier à ce que vous voyez sur votre moniteur…

Il est possible que votre moniteur ne soit pas bien réglé… Ce n’est pas grave dans un premier temps : vous pourrez malgré tout suivre les différentes étapes de cette formation et comprendre ce qu’il faut faire pour bien corriger les couleurs d’une image numérique.



Les étapes d'un bon réglage chromatique : une synthèse de la procédure qui va être expliquée

Ces étapes doivent être appliquées dans l’ordre indiqué ici. C’est important.

Toutefois, il est possible qu’une de ces étapes n’apporte rien à l’amélioration d’une image particulière. Dans ce cas, il ne faut pas appliquer cette étape sur cette image et il faut passer à l’étape suivante.

Rappel : la procédure expliquée ici peut servir à améliorer l’aspect d’images qu’on destine à l’impression sur papier, à l’affichage dans un navigateur Web ou dans une interface de cd‑rom, à l’utilisation en tant que texture dans un logiciel pour créer des images de synthèse.

Etape 1 : Rendre les lumières spéculaires totalement blanches, si elles doivent l’être.
Etape 2 : Régler l’intensité des tons moyens de l’image.
Etape 3 : Neutraliser les gris de l’image.
Etape 4 : Réduire l’intensité des parties claires de l’image, si cela apporte quelque chose.
Etape 5 : Régler la couleur dans les tons moyens de l’image.
Etape 6 : Régler la couleur dans les tons foncés et dans les tons clairs de l’image.
Etape 7 : Effectuer une correction sélective, si cela est nécessaire.
Etape 8 : Appliquer un filtre d'accentuation.
Etape 9 : Egaliser avec les outils de maquillage, ou avec l’«égalisation selon la zone sélectionnée».
Etape 10 : Effectuer la séparation quadri, ou la réduction du nombre de couleurs de l’image avec une table des couleurs.

Après chacune de ces étapes du traitement chromatique, il vaut mieux enregistrer l’image sur le disque dur, à chaque fois sous un nom différent.

Avec toutes les étapes du traitement chromatique enregistrées sur le disque dur, il ne faudra pas recommencer tout si l’ordinateur se plante en cours de traitement chromatique.

De plus, si une étape est appliquée et que plus tard on se rend compte qu’elle n’aurait pas du être appliquée, là aussi il ne faudra pas tout recommencer depuis le début. Il suffira de réouvrir l’étape précédente et continuer le traitement chromatique à partir de cette étape.





Le coté subjectif de toute correction chromatique

Quand on est amené à corriger régulièrement des images il vaut mieux varier un maximum les expériences visuelles, afin d’intégrer en soi ce qu’est une image bien équilibrée.

Une mauvaise alimentation peut influencer de manière néfaste notre perception visuelle, mais il y a aussi des personnes qui ont des déficiences visuelles au niveau de la perception des couleurs… Plus de 4% des hommes blancs (ce qu’on appelle le «type caucasien») ont un problème plus ou moins important de la perception des couleurs. Par contre femmes et les personnes qui ne sont pas de type caucasien ont très rarement des déficiences visuelles au niveau de la perception des couleurs. Nous aurons l’occasion d’en reparler lors de la formation en TP Colorimétrie en seconde année du graduat en Techniques Infographiques de la Haute École Albert Jacquard.




Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop :
Etape 1 : Rendre les lumières spéculaires totalement blanches, si elles doivent l’être

Attention, il faut avoir réglé la pipette de la palette des outils en option «échantillonnage 5x5»

Ouvrez l'image Brut_01.tif (S12)

Vous constatez que cette image n'est pas très belle.

Cela tient au fait que l'original présente une dominante bleutée/grisée.

Le travail de correction chromatique que nous allons effectuer va donc servir à améliorer l'aspect de l’image numérique par rapport à l'original, dans ce cas-ci.

Une lumière spéculaire, qu’est‑ce que c’est?

Dans une photographie, les lumières spéculaires se trouvent aux endroits qui ont totalement réfléchi vers l’appareil photo la lumière blanche qui éclairait la scène. Le mot spéculaire vient d’un mot latin qui veut dire miroir.

Dans des images qui présentent des objets métalliques, la redéfinition de la lumière spéculaire fonctionnera souvent très bien, car dans ces images les reflets sur le métal sont souvent censés être bien blancs.

N.B. 1 : En anglais, les lumières spéculaires d’une image s’appellent catchlight.
N.B. 2 : Il ne faut pas confondre lumières spéculaires et hautes lumières. Les hautes lumières, ce sont les zones très claires d’une image, mais au contraire des lumières spéculaires ces zones très claires contiennent du détail qui ne doit pas être perdu durant les opérations de réglages chromatiques. Ce détail sera même révélé par le filtre d’accentuation qui sera appliqué à un certain moment de la correction chromatique.

Zoomez sur la partie spéculaire de l’image…

Quand on observe l'image, on remarque qu'il y a une lumière spéculaire sur une des facettes d'un bijou bleu, dans le bas de la coiffe du personnage folklorique.
Zoomez sur cette partie-là de l’image.

Si vous ne zoomez pas assez vous risquez de cliquer à coté de la facette spéculaire, sur une facette qui n’est pas spéculaire, et là on perd du détail dans toute l’image.

Ensuite allez dans le réglage Niveaux ou dans le réglage Courbes. L’outil qui nous intéresse se trouve dans l’un et l’autre de ces réglages. Peu importe donc dans lequel de ces deux réglages vous allez.

Bougez éventuellement la boite qui s’ouvre, en la prenant par sa barre de titre, pour bien voir l’image qui se trouve derrière.

Que ce soit dans le réglage Courbes ou dans le réglage Niveaux, il y a une série de trois pipettes qui sont disposées l’une à côté de l’autre…

Il y a une pipette noire, une pipette grise et une pipette blanche.
Nous allons utiliser la pipette blanche pour redéfinir l’intensité des lumières spéculaires dans notre image.

Dans le réglage Courbes ou dans le réglage Niveaux, il y a une case qui s’appelle Aperçu…
Elle doit être cochée pour que vous puissiez voir sur l’image le résultat des réglages que vous allez effectuer dans la boite de réglages.




Premières expérimentations pour redéfinir la lumière spéculaire de cette image…

Sans enfoncer le bouton de la souris, amenez la pipette au dessus de l’image : à ce moment vous voyez une icône de pipette que vous pouvez faire voyager au-dessus de l’image.
Cliquez à quelques endroits… à chaque fois que vous cliquez, vous faites en sorte que l’endroit de l’image sur lequel vous cliquez devienne blanc.

Pour mieux comprendre comment la pipette blanche de redéfinition des zones spéculaires fonctionne, vous pourriez essayer ceci… Double‑cliquez sur l’icône de la pipette blanche et, dans le sélecteur de couleurs, choisissez à la place du blanc une autre couleur bien vive. Validez ce choix de couleur en cliquant sur le cartouche OK dans le sélecteur. Ensuite cliquez sur l’image… Vous voyez qu’aux endroits où vous cliquez, les pixels prennent la couleur que vous aviez définie dans le sélecteur de couleur.

Après ces quelques expérimentations, vous allez devoir remettre à zéro le réglage des couleurs pour cette fois‑ci faire quelque chose de sérieux…

Enfoncez au clavier la touche ALT et gardez-la enfoncée : le bouton Annuler se transforme alors en Réinitialiser. Cliquez sur ce bouton. Ainsi vous retrouvez la boite de réglage telle qu’elle était au départ.



Redéfinir la lumière spéculaire de cette image…

En ayant la pipette blanche activée dans la boîte de réglage de couleurs, amenez le pointeur sur l’image sans enfoncer le bouton de la souris.

Ensuite cliquez sur la facette spéculaire du bijou. Vous devriez remarquer que l’image change d’aspect… La facette qui était gris clair est devenue blanche.

Pour être plus précis, vous pouvez enclencher la touche Verrouillage Majuscule sur le clavier. A ce moment, l’icône de la pipette est remplacée par le pointeur précis. Si vous voulez récupérer l’icône de la pipette, il suffit de enfoncer à nouveau une fois la touche Verrouillage Majuscule sur le clavier.

Une fois que vous avez modifié l'image de cette manière, zoomez en arrière tout en restant dans la boite de réglage. Pour cela utilisez le raccourci-clavier de la loupe négative, c’est-à-dire la barre d'espacement enfoncée en même temps que la touche ALT. Si vous avez trop zoomé en arrière, utilisez le raccourci-clavier de la loupe positive, c’est-à-dire la barre d'espacement enfoncée en même temps que la touche POMME (CTRL sur les PC).

La question que vous devez vous poser, c'est «Est‑ce que l'image s'améliore, et est‑ce que ce n’est pas trop au détriment des détails fins dans l'image?»

Maintenant que vous avez une vue d'ensemble sur l'image, cochez et décochez la case Aperçu dans la boite de réglage, afin de voir l'image avec le réglage appliqué puis sans le réglage appliqué.

Dans ce cas ci le réglage de la lumière spéculaire de cette image a amélioré l'image sans qu'on perde trop de détail, donc nous cliquons sur OK dans la boîte de réglage et nous passons à l'étape suivante du traitement chromatique.






L’image du chat avec l’aquarium :
est‑ce que les lumières spéculaires doivent être blanches dans cette image?

Ouvrez l’image 48BIT_37 spéculaire.tif… (S12)
Dans cette image, redéfinissez la lumière spéculaire du bord de l’aquarium… Posez-vous la question de savoir si cela améliore la qualité de l’image. Vous devriez remarquer que cela améliore la qualité de l’image.

Remarquez que dans cette image le pelage du chat contient du détail : c’est donc ce qu’on appelle des «hautes lumières». Ce ne sont pas des lumières spéculaires.

Donc il ne faut pas cliquer avec la pipette blanche sur le pelage du chat, sinon on perd du détail.

N.B. En fin de traitement chromatique sur cette image, le détail dans les hautes lumières du pelage du chat sera plus visible qu’il ne l’est actuellement, car une des dernières étapes du traitement chromatique consiste à appliquer un filtre d’Accentuation des détails.



L’image du chat assis : est‑ce que les lumières spéculaires doivent être blanches dans cette image? Ouvrez l’image 48BIT_40.tif… (S12)

Dans cette image, il y a des lumières spéculaires sur les oranges et aussi dans les yeux du chat.
Les lumières spéculaires sur les oranges ont actuellement une teinte orange claire, et il est fort probable que cela doit rester ainsi.

Observez ce qui se passe si on fait en sorte que les lumières spéculaires sur les oranges deviennent blanches. Ensuite, nous essayerons la même chose avec les lumières spéculaires dans les yeux du chat…

Cliquez sur la lumière spéculaire des oranges. La lumière spéculaire des oranges devient blanche, mais on perd énormément de détail dans toute l’image… On dirait que le chat a reçu un coup de flash, alors que la photo d’origine est correcte et ne présente pas ce problème : dans la photo d’origine, le pelage du chat présente du détail.

Un bon réglage chromatique est un réglage qui restitue tout le détail de l’original.

Enfoncez la touche Alt au clavier et cliquez sur Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®) dans la boite de réglage des couleurs. Nous allons maintenant voir ce qui se passe si on fait en sorte que les lumières spéculaires dans les yeux du chat deviennent parfaitement blanches.

Il faudrait peut‑être zoomer sur les yeux du chat pour mieux pointer la lumières spéculaires dans les yeux. Toutefois il n’est pas possible d’enclencher la loupe de la palette des outils pendant que vous êtes dans une boite de dialogue, mais les raccourcis‑clavier du zoom fonctionnent : enfoncez sur le clavier la barre d’espacement ainsi que la touche Pomme (ou sur PC la barre d’espacement et la touche CTRL), et gardez ces deux touches enfoncées : lorsque vous promenez le pointeur sur l’image, vous remarquez que vous avez l’outil zoom positif. Cliquez pour zoomer, ou faites un rectangle de zoom autour de la partie de l’image que vous souhaitez voir en plus grand sur le moniteur.

Si vous avez zoomé trop, vous pouvez zoomer en arrière avec le raccourci‑clavier Barre d’espacement + touche ALT. Vous pouvez aussi enfoncer la barre d’espacement toute seule pour avoir la main pour pouvoir bouger l’image dans sa fenêtre, dans le cas où toute l’image n’est pas visible sur le moniteur.

Avec la pipette blanche, cliquez dans la lumière spéculaire qui se trouve dans les yeux du chat… Vous obtenez un résultat similaire à ce que vous aviez obtenu lorsque vous aviez cliqué sur la lumière spéculaire des oranges : il y a plein de détails qui sont perdus dans le pelage du chat.

En réalité le globe de l’oeil du chat ne renvoie pas totalement la lumière dans ce cas ci.
Vous remarquez que dans un cas comme dans l’autre, la redéfinition des lumières spéculaires fait perdre énormément de détail dans cette image.

Donc dans le cas de cette image il ne faut pas redéfinir les lumières spéculaires. Si vous effectuez une correction chromatique sur cette image, il faut passer directement à le seconde étape de la correction chromatique, sans appliquer cette première étape de la redéfinition des lumières spéculaires.

En général il vaut mieux s’abstenir de redéfinir le point le plus sombre de l’image, de faire en sorte qu’il devienne bien noir. Certaines méthodes de traitement chromatique vous dirons qu’il faut toujours faire en sorte que le point le sombre ombre de l’image soit bien noir.
Je ne vous le conseille pas, pour au moins trois raisons…

1) Dans certaines images, la partie la plus sombre n’est pas censée être noire.
2) L’oeil humain est très peu sensible aux différences de luminosité dans les zones sombres… Si on veut que l’oeil humain discerne du détail dans les zones d’ombres, il vaut donc mieux que ces zones ne soient pas trop sombres.
3) Une des dernières étapes d’une correction chromatique consiste à appliquer un filtre d'accentuation. Ce filtre d’accentuation assombri certaines parties de l’image et en éclairci d’autres pour amener de la netteté dans l’image. Si les parties sombres de l’image sont déjà très sombres, on risque de ne pas voir complètement les effets du filtre Accentuation, et donc on pourrait avoir l’impression que l’image n’est pas tout à fait nette.

Plus loin durant cette formation nous aurons l’occasion de reparler en détail du filtre Accentuation.




Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 2 : Régler l’intensité des tons moyens de l’image

Nous allons régler le niveau de luminosité des tons moyens de l’image
Les tons moyens se situent entre le point le plus sombre de l’image et le point le plus lumineux. C’est ce qu’on appelle le réglage du gamma. Si vous voulez en connaître plus sur cette notion de gamma, lisez le document Gamma.pdf écrit par Thierry Dambermont.
Pour régler le gamma (le niveau de luminosité des tons moyens) de cette image, allons pour commencer dans le réglage Niveaux. Plus tard, nous verrons que nous pouvons également régler le gamma d’une image en allant dans le réglage des Courbes. En fait, tout ce que le réglage Niveaux permet, le réglage des Courbes le permet aussi. Le réglage des Courbes va toutefois plus loin que le réglage Niveaux, comme nous le verrons plus loin.
Allez dans Image/Réglages/Niveaux. Dans la boite de réglage Niveaux, il y a 5 indicateurs triangulaires : deux noirs, deux blancs et un gris. Nous allons voir à quoi ils servent tous, mais celui qui nous intéresse maintenant, c’est l’indicateur gris… c’est le réglage du gamma de l’image. Audessus de cet indicateur gris, il y a l’histogramme de l’image. C’est un graphique qui a une forme différente pour chaque image. En effet, il représente les quantités de pixels qui se trouvent dans l’image pour chacun des niveaux de luminosité possibles. Pour mieux comprendre, regardez dans le bas de la boite de réglage Niveaux : il y a une échelle de gris. Ce dégradé horizontal représente tous les niveaux de luminosité qu’il est possible de trouver dans l’image. Cela ne veut pas dire que tous ces niveaux de luminosité se trouvent dans l’image, mais potentiellement ils pourraient s’y trouver.
L’histogramme est composé de beaucoup de lignes verticales plus ou moins hautes. Ces lignes verticales indiquent la quantité relative de pixels pour chacun des niveaux de gris du dégradé horizontal. Par exemple, tout à fait à gauche sur le dégradé horizontal, ce sont les niveaux de luminosité faibles. Au même endroit dans l’histogramme (à gauche donc) il y a un pic composé de plusieurs lignes verticales juxtaposées… ce pic est très élevé par rapport au reste de l’histogramme, cela indique que cette image en particulier comporte énormément de pixels sombres… et en effet quand on regarde l’image, on voit qu’il y a un grand fond sombre derrière le sujet principal.
Pour l’instant, le réglage gamma, le triangle gris, est situé juste au milieu de l’histogramme
Cela indique que le niveau de luminosité moyen actuel de l’image n’est pas modifié par le réglage Niveaux.
Si maintenant vous déplacez ce triangle vers la gauche, vers les niveaux de luminosité les moins lumineux… L’image s’éclaircit.
Si vous déplacez l’indicateur gamma vers la droite, vers les niveaux de luminosité les plus lumineux, l’image s’assombrit.
Le réglage gamma, c’est donc cela : la redéfinition de l’intensité des tons moyens de l’image…
Les pixels qui sont d’un niveau de luminosité moyen avant réglage ne sont plus d’un niveau de luminosité moyen après réglage.
Après réglage, ce sont des pixels qui étaient plus foncés que le niveau de luminosité moyen qui sont maintenant à un niveau de luminosité moyen, ou alors cela peut aussi être des pixels qui étaient plus clairs que le niveau de luminosité moyen qui sont maintenant à un niveau de luminosité moyen… Cela dépend dans quel sens vous avez déplacé l’indicateur gamma.
Bougez l’indicateur gamma vers la gauche ou vers la droite jusqu’à ce que l’image vous semble être à une intensité normale
Rappel : on imagine qu’on travaille sur un moniteur qui est calibré et dont on connaît le profil. Nous allons donc nous fier à ce qu’on voit sur ce moniteur pour positionner l’indicateur gamma.
C’est un exercice qui est plus difficile qu’il n’y parait. En effet, cela demande d’avoir intégré en soi ce qu’est une image bien équilibrée.
Lorsque vous avez trouvé le réglage gamma qui vous convient, cliquez sur OK pour valider le réglage.
Parfois il n'est pas nécessaire de modifier l’intensité des tons moyens de certaines images. Dans ce cas vous n’appliquerez pas ce réglage.
Est-ce qu’on peut juger de la qualité des images en regardant leur histogramme?
L’histogramme indique la quantité de pixels pour chacune des intensités lumineuses possibles dans une image, mais en regardant un histogramme on ne peut pas vraiment déterminer si l’image auquel cet histogramme appartient est de bonne qualité ou non.
Pour le comprendre, ouvrez les images Neige_67.jpg et Feuil_02.jpg…
En allant dans le réglage Niveaux, remarquez comment l’histogramme de l’image de la neige montre que cette image contient beaucoup de pixels clairs et beaucoup de pixels sombres, mais par contre très peu de pixels d’intensité lumineuse moyenne. Pourtant cette image est très correcte, elle ne présente pas de problème.
En allant dans le réglage Niveaux, remarquez comment l’histogramme de l’image des feuilles montre que cette image contient très peu de pixels clairs et très peu de pixels sombres, mais par contre beaucoup de pixels d’intensité lumineuse moyenne. Pourtant cette image est très correcte, elle ne présente pas de problème.
Pourquoi est-ce que les histogrammes des images ont parfois un aspect dentelé?
détail
Démonstration avec les images «dégradé sans niv auto.psd» et «dégradé avec niv auto.psd».
5.7. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 3 : Neutraliser les gris de l’image
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Attention, il faut avoir réglé la pipette de la palette des outils en option «échantillonnage 5x5»
Qu’est‑ce que ça veut dire, neutraliser les gris d’une image?
Dans la plupart des images, il y a des parties dont on sait qu’elles sont normalement grises dans la réalité : ce sont parfois des objets métalliques, des étoffes grises, des cheveux gris, des pavés sur le sol, du béton, etc. On dit que ces parties d’images sont neutres car dans la réalité elles ne présentent aucune coloration en particulier… Elles ne sont ni rougeâtres, ni verdâtres, ni bleuâtres.
Dans une image de type RVB le gris est obtenu en mélangeant en quantité équivalente de la lumière Rouge, Verte et Bleue.
Il est possible que ces parties qui sont gris neutre dans la réalité ne soient pas vraiment gris neutre dans l’image numérique…
Pourquoi ontelles une légère coloration dans l’image numérique? Cela peut être dû au fait que la photographie originale qu’on a numérisée avec le scanner présentait des problèmes dans les tons neutres, elle était peutêtre un peu trop jaune, ou trop magenta, ou trop cyan.
Cela peut aussi être un problème de gestion des couleurs. Nous en parlerons en détail durant le cours de TP colorimétrie de la seconde année du graduat.
Dans le cas d’une image de type CMJN, on parle également de tons neutres, mais c’est beaucoup plus complexe que pour les images RVB car pour obtenir du gris dans une image CMJN, il ne faut pas nécessairement mélanger en quantité équivalente les quatre encres Cyan, Magenta, Jaune et Noire… Il faut prendre en compte plus de paramètres : par exemple que dans une image CMJN l’encre noire est surtout là pour soutenir les zones sombres, et que dans un ton neutre CMJN l’encre Cyan doit être utilisée en plus grande quantité que les encres Magenta et Jaune pour compenser l’impureté de l’encre Cyan, qui est plus importante que l’impureté des encres Magenta et Jaune. En effet, l’encre Cyan contient assez bien de pigments parasites Magenta et Jaune. L’encre Magenta, quant à elle, contient un peu de pigments parasites Cyan et Jaune. Et l’encre Jaune contient un peu de pigments parasites Cyan et Magenta. C’est cela, l’impureté des encres.
Les images CMJN destinées à l’impression offset, c’est un sujet assez complexe dont il ne sera pas question dans ce cours de numérisation et de traitement d’image qui s’adresse aux étudiants de première année du graduat en Techniques Infographiques de la Haute École Albert Jacquard.
Dans cette image numérique il y a peut‑être des parties qui devraient être gris neutres, parce qu'elles le sont dans la réalité…
Dans le coiffe du personnage, il y a des parties cousues en fil métallique. On peut supposer que ces parties de la coiffe sont vraiment grises dans la réalité.
Nous allons bientôt voir si cela améliore l’image quand on fait en sorte que ces parties dont on suppose qu’elles sont grises dans la réalité soient également vraiment grises dans l’image numérique.
Ce n’est pas toujours évident de trouver dans les images des zones qui peuvent servir de référence pour effectuer la neutralisation des gris. C’est pourquoi les photographes professionnels placent souvent une échelle de gris à coté des objets qu’ils photographient dans leur studio
Cette échelle de gris est spécialement fabriquée pour faciliter la correction et la reproduction des couleurs. On est sûr que les gris qu’elle présente sont neutres.
Une des marques qui fabriquent ces échelles de gris, c’est la marque Gretag®.
Si vous effectuez un traitement chromatique sur une image qui ne contient aucune partie gris neutre, vous pouvez tout de même essayer d’appliquer les réglages qui vont être expliqués
Cependant, vous ne pourrez pas vous aider des échantillons créés par la pipette d’échantillonnage, ni de la palette des infos.
Il faudra juger quels sont les réglages nécessaires uniquement en observant la photographie pendant que vous effectuez ces réglages.
Dans la palette des outils, activez l’outil pipette d’échantillonnage
L’icône de cet outil représente une pipette avec une cible, cela différencie cet outil de l’autre outil pipette dont l’icône représente une pipette toute simple.
Affichez également la palette des informations
Pour cela, cliquez sur l’onglet «infos» si vous le voyez parmi les palettes qui se trouvent sur votre moniteur (généralement il se trouve en haut à droite sur l’écran), ou alors allez dans le menu Fenêtre et descendez jusqu’à la ligne de menu qui s’appelle (Afficher) infos.
Nous allons utiliser conjointement la palette des infos et l’outil pipette d’échantillonnage pendant qu’on neutralise les gris de l’image sur laquelle on effectue un traitement chromatique
La pipette d’échantillonnage va nous servir à indiquer où on prélève des informations en plusieurs endroits sur l’image, et la palette des infos va nous permettre d’avoir une vue d’ensemble sur les informations prélevées, et de connaître le détail de ces informations prélevées.
Premières expérimentations avec la pipette d’échantillonnage
Cliquez n’importe où une fois dans l’image avec la pipette d’échantillonnage.
Vous voyez qu’une petite cible qui porte le numéro 1 s’est posée sur l’image. Remarquez que la palette des informations vous montre plus d’information qu’auparavant.
Si vous continuez de cliquer, une cible qui porte le numéro 2 se pose sur l’image, et ainsi de suite jusqu’à un maximum de 4 cibles. Remarquez qu’à chaque nouvelle cible qui s’ajoute sur l’image, la palette des infos vous montre plus d’informations.

La palette des infos vous montre quelles sont les valeurs des pixels qui se trouvent sous chacune des cibles
Ces cibles peuvent être déplacés sur l’image. Remarquez qu’en déplaçant une cible sur l’image les informations qu’indique la palette des infos se modifient.
Les valeurs qui sont indiquées dans la palette des infos en face des échantillons qui portent ces numéros sont des valeurs RVB.
Des valeurs de type RVB, cela nous convient, parce qu’on est en train de travailler sur une image rvb et qu’on n’a pas pour l’instant de raison que la palette des infos nous indique d’une autre manière quelles sont les valeurs des pixels qui se trouvent sous les cibles.
La palette des infos peut nous indiquer d’autres valeurs que des valeurs rvb en face des échantillons qui portent des numéros dans la palette des infos
Pour modifier la manière dont la palette des infos nous informe sur les valeurs qui se trouvent sous les échantillons, cliquez sur la petite icône qui représente une pipette endessous du numéro de chaque échantillon dans la palette des infos…
Dans le menu qui apparaît, choisissez un «modèle colorimétrique» qui vous intéresse… Lab, ou en valeurs de «Niveaux de gris» ou en valeurs CMJN, ou bien encore dans une autre manière de décrire les couleurs de l’image.
Lorsque vous avez observé cela, descendez jusqu’à la ligne qui s’appelle Couleurs RVB. A ce moment les valeurs chromatiques de l’échantillon devraient êtres exprimées en RVB. C’est ce qu’il nous faut pour la suite du travail sur cette image.
Pour supprimer une des cibles créée par la pipette d’échantillonnage…
Il y a deux solutions :
1) Emmenez-la en dehors des limites de l’image.
2) Enfoncez la touche ALT et cliquez dessus.
Pour supprimer toutes les cibles d’un coup, vous pouvez cliquer sur le cartouche Effacer qui se trouve en haut de l’écran dans les options de la pipette d’échantillonnage
Faites-le. Nous allons maintenant travailler sérieusement sur cette imager.
Posez un premier échantillon sur l’image, et déplacez-le sur une partie de l’image qui présente une teinte qui devrait normalement être neutre claire dans la réalité
Emmenez l’échantillon qui porte le numéro 1 sur une partie claire du fil métallique de la coiffe.
Attention toutefois ne positionnez pas cet échantillon sur une partie trop claire… Il faut qu'il y ait de la matière sous l'échantillon.
Regardez dans la palette des infos quelles sont les valeurs indiquées pour cette partie gris claire… La couleur du point neutre clair qu'on prend comme référence dans cette image est composée de
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 227
Ces valeurs peuvent être différentes chez vous… C’est normal, vous avez sans doute positionné la cible de la pipette à un endroit qui n’est pas exactement le même que chez moi. Ce n’est pas grave, cela ne va rien changer pour la suite de l’exercice.
Posez un second échantillon sur l’image et déplacez-le sur une partie de l’image qui présente une teinte qui devrait normalement être neutre foncée dans la réalité
Regardez dans la palette des infos quelles valeurs sont indiquées pour cette partie gris foncée…
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 19
Bleu d’intensité 36
Nous allons neutraliser la couleur du point neutre le plus clair et la couleur du point neutre le plus foncé de cette image. Prenons d’abord le cas du point neutre clair qui nous sert de référence dans cette image pour la neutralisation des gris… Comment interpréter les valeurs rvb que la palette des infos nous donne?
Rappel : neutraliser une couleur, cela veut dire qu’on fait en sorte d’équilibrer les valeurs rvb de cette couleur afin que les lumières se mélangent en quantité équivalente et produisent donc un ton neutre, dans lequel aucune coloration n’est perceptible.
Le point neutre clair qui nous sert de référence a ces valeurs rvb :
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 227
Comment neutraliser cette couleur? Estce qu’il faut la transformer en :
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 204
Bleu d’intensité 204
ou en :
Rouge d’intensité 220
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 220
ou en :
Rouge d’intensité 227
Vert d’intensité 227
Bleu d’intensité 227
ou bien encore en une autre couleur neutre?
Rouge d’intensité 250
Vert d’intensité 250
Bleu d’intensité 250
Parmi les trois valeurs des canaux qui créent cette couleur gris claire dans cette image, 227 est la valeur la plus élevée. C’est cette valeur-là qui doit nous servir de référence. Nous allons donc neutraliser cette couleur…
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 227
… en la transformant en…
Rouge d’intensité 227
Vert d’intensité 227
Bleu d’intensité 227
Si on prenait une des deux autres valeurs comme référence, cela diminuerait l’intensité des hautes lumières de cette image. Cette image est un brut de scan, qui contient des données brutes non modifiées, et il est fort probable que les hautes lumières doivent avoir au moins l’intensité la plus élevée qu’on peut trouver dans un des trois canaux de cette image : 227.
En procédant ainsi, nous évitons aussi de perdre du détail dans les hautes lumières, qui contiennent du détail.
Un peu plus loin nous allons voir comment procéder en pratique pour neutraliser ce gris clair.
Prenons ensuite le cas du point neutre foncé qui nous sert de référence dans cette image pour la neutralisation des gris… Comment interpréter les valeurs rvb que la palette des infos nous donne?
Nous allons également neutraliser la couleur du point neutre le plus foncé de cette image.
Le point neutre foncé qui nous sert de référence a ces valeurs rvb :
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 19
Bleu d’intensité 36
Nous allons faire en sorte que ces valeurs deviennent …
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 17
Bleu d’intensité 17
Remarquez que cette foisci la valeur qui sert de référence pour la neutralisation n’est pas la plus élevée, comme nous l’avions fait avec l’échantillon de gris clair, mais que cette fois-ci la valeur qui sert de référence pour la neutralisation est la plus faible.
Si on prenait une des deux autres valeurs comme référence, cela diminuerait la profondeur des ombres de cette image.
Cette image est un brut de scan, qui contient des données brutes non modifiées, et il est fort probable que les ombres ne doivent pas avoir une intensité supérieure à l’intensité la plus faible qu’on peut trouver dans un des trois canaux cette image : 17.
En procédant ainsi, nous évitons aussi de perdre du détail dans les ombres, qui contiennent du détail.
Lorsque nous aurons réalisé la neutralisation de cette image, elle aura une meilleure dynamique, c’est‑à‑dire que la gamme des intensités lumineuses sera plus étendue… Parmi les 256 niveaux de luminosité possibles dans cette image numérique (gamme de niveaux de luminosité qui vont du noir très profond, 0, au blanc très lumineux, 255) il y aura plus de niveaux de luminosité qui seront réellement utilisés. L'image paraîtra plus riche, moins terne.
Non seulement cette image aura une meilleure dynamique, mais elle sera également plus équilibrée, puisque les couleurs de l’image numérique auront été corrigées pour se rapprocher plus des couleurs réelles du sujet photographié.
Nous allons utiliser le réglage des Niveaux pour neutraliser cette image
Allez dans Image/Réglages/Niveaux. Nous pourrions également tout aussi bien utiliser le réglage des Courbes.
Le fait de se trouver dans un réglage chromatique a modifié la manière dont les valeurs sont affichées dans la palette des informations… Les valeurs rvb qui sont indiquées pour chacun des échantillons se présentent désormais en deux parties, que nous appellerons «gauche» et «droite»
La partie de gauche montre quelles sont les valeurs chromatiques actuelles des pixels qui se trouvent sous l’échantillon.
La partie de droite montre quelles sont les valeurs chromatiques que les pixels qui se trouvent sous l’échantillon auront si on applique le réglage chromatique.
Comme on vient d’arriver dans le réglage et qu’on n’a encore rien modifié, les valeurs de gauche et de droite sont encore identiques.
Faites un essai : bougez n’importe quels indicateurs triangulaires dans la boite de réglage Niveaux… À ce moment les valeurs de gauche et de droite ne sont plus les mêmes.
Une fois que vous avez observé cela, remettez le réglage Niveaux à zéro, en enfonçant la touche ALT au clavier et en cliquant sur le cartouche Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®) qui apparaît en dessous de OK dans la boite de réglage.
Pour réaliser la neutralisation des gris de cette image, nous n'allons pas travailler avec l’histogramme global de l’image, mais bien avec chacun des histogrammes des couches constitutives de cette image
Faite un essai : cliquer sur le mot RVB dans le haut de la boite de réglage Niveaux, et dans la liste qui apparaît descendez jusqu’à la ligne qui s’appelle Rouge.
A ce moment l’histogramme que vous visualisez dans la boite de réglage Niveaux est l’histogramme spécifique à la couche Rouge de cette image RVB.
Bougez n’importe quels indicateurs triangulaires.
Vous pouvez faire la même avec les couches Verte et Bleue, juste pour expérimenter.
Lorsque vous réaffichez l’histogramme global de l’image, en allant sur la ligne RVB dans le petit menu en haut du réglage Niveaux, vous remarquez que cet histogramme global s’est modifié pour refléter les changements que vous venez d’apporter spécifiquement dans chaque histogramme de chacune des trois couches constitutives de cette image.
Une fois que vous avez observé cela, remettez le réglage Niveaux à zéro, en enfonçant la touche ALT au clavier et en cliquant sur le cartouche Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®) qui apparaît en dessous de OK dans la boite de réglage.
Ce sont les indicateurs triangulaires noir et blanc qui se trouvent juste en-dessous des histogrammes, et uniquement ceux-là, que nous allons utiliser pour neutraliser les gris de l'image. Nous allons commencer par régler le gris neutre clair…
Rappel : Parmi les trois valeurs des canaux qui créent cette couleur gris claire dans cette image, 227 est la valeur la plus élevée. C’est donc cette valeur-là qui va nous servir de référence. Nous allons donc neutraliser cette couleur…
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 227
… en la transformant en…
Rouge d’intensité 227
Vert d’intensité 227
Bleu d’intensité 227
On ne va donc pas modifier la couche Bleue dans ce cas-ci. Dans la boite Niveaux, allez sur l’histogramme spécifique à la couche Rouge…
Bougez l’indicateur blanc qui se trouve juste endessous de l’histogramme jusqu’à ce que la palette des informations vous indique que la valeur modifiée du «vert» de l’échantillon 1 est 227 à la place de 204.
Attention : il ne faut pas se soucier de la valeur qui se modifie dans la boite de réglage Niveaux … C’est uniquement dans la palette des informations qu’il faut regarder.
N.B. Ce n’est pas très important d’obtenir exactement la valeur 227, car il s’agit là d’une indication très précise : on travaille ici sur une échelle qui va de 0 à 225, c’est beaucoup plus précis que des pourcentage… Donc si vous obtenez 228 ou 226 au lieu de 227, c’est tout de même assez correct.
Ensuite allez sur l’histogramme spécifique à la couche Verte puis bougez l’indicateur blanc qui se trouve en-dessous de l’histogramme dans le réglage Niveaux jusqu’à ce que la valeur indiquée dans la palette des infos soit également 227.
Lorsque vous réalisez ces opérations de neutralisation des gris, en aucun cas il ne faut modifier vous‑même l'emplacement de l’indicateur gris qui se trouve juste en-dessous de l’histogramme dans le réglage Niveaux… cet indicateur gris bouge tout seul lorsque vous bougez l'indicateur blanc ou l'indicateur noir, mais remarquez comment il reste toujours positionné parfaitement au centre entre ces deux indicateurs… c'est comme ça qu'il doit être.
Si vous avez commis l’erreur de modifier la position de cet indicateur gris, réinitialisez le réglage Niveaux en enfonçant la touche ALT et en cliquant sur le cartouche Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®).
Finalement les valeurs des pixels qui se trouvent en-dessous de l’échantillon 1 se sont transformées. Elles sont passées de…
Rouge d’intensité 204
Vert d’intensité 220
Bleu d’intensité 227
… à plus ou moins …
Rouge d’intensité 227
Vert d’intensité 227
Bleu d’intensité 227
Nous allons maintenant régler le gris neutre foncé…
Rappel : Parmi les trois valeurs des canaux qui créent cette couleur gris foncé dans cette image, 17 est la valeur la plus faible. C’est donc cette valeur-là qui va nous servir de référence. Nous allons donc neutraliser cette couleur…
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 19
Bleu d’intensité 36
… en la transformant en…
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 17
Bleu d’intensité 17
Allez sur l’histogramme spécifique à la couche Verte et cette fois bougez l’indicateur noir, et non plus le blanc, jusqu’à ce que la valeur indiquée dans la palette des informations soit 17… Bougez l’indicateur noir qui se trouve juste endessous de l’histogramme dans le réglage Niveaux jusqu’à ce que la palette des informations vous indique que la valeur modifiée du «rouge» de l’échantillon 2 est 17 à la place de 19.
Attention : il ne faut pas se soucier de la valeur qui se modifie dans la boite de réglage Niveaux … C’est uniquement dans la palette des informations qu’il faut regarder.
Ensuite allez sur l’histogramme spécifique à la couche Bleue puis bougez l’indicateur noir qui se trouve en-dessous de l’histogramme dans le réglage Niveaux jusqu’à ce que la palette des informations vous indique que la valeur modifiée du «bleu» de l’échantillon 2 est 17 à la place de 36.
Finalement les valeurs des pixels qui se trouvent en-dessous de l’échantillon 2 se sont transformées. Elles sont passées de…
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 19
Bleu d’intensité 36
… à plus ou moins …
Rouge d’intensité 17
Vert d’intensité 17
Bleu d’intensité 17

Cochez et décochez successivement la case Aperçu du réglage Niveaux pour voir l’avant et après correction
Vous devriez constater que la coloration générale indésirable de l’image disparaît. La sensation de relief s’en trouve également renforcée… Le modelé des objets de la scène est mieux perceptible, et aucun détail n’a été perdu dans cette opération.
Si vous jugez que ce réglage apporte quelque chose, cliquez sur OK dans le réglage Niveaux, sinon cliquez sur Annuler et passez à l’étape suivant de la correction chromatique.
Sauvegardez cette image sur le disque dur de votre ordinateur en lui donnant le nom XXX…
Détail
Plus tard durant cette procédure de traitement chromatique vous aurez la possibilité de donner une ambiance colorée à cette image. A ce moment les gris que vous venez de rendre neutres ne seront peut-être plus neutres…
Toutefois tout le travail de neutralisation des gris que vous venez de réaliser n’est pas inutile…
En effet, quand on donne une ambiance colorée à une image il vaut toujours mieux que cette image soit bien équilibrée (les parties qui sont neutres dans la réalité SONT neutres dans cette image numérique).
Si vous donnez une ambiance colorée à une image qui n’est pas bien équilibrée (les parties qui sont neutres dans la réalité NE SONT PAS neutres dans cette image numérique), alors cette image dont vous modifiez l’ambiance colorée manquera de profondeur; elle sera comme atténuée par un voile de poussière.
Parfois l’éclairage qui éclairait la scène au moment de la prise de vue n’était pas neutre du tout, ce n’était pas de la lumière blanche
Dans ce cas il ne faudra pas neutraliser les gris neutres…
Sous un éclairage qui n’est pas neutre, un éclairage qui a une coloration assez forte comme lors d’un coucher de soleil, toutes les couleurs du sujet sont affectées par cet éclairage…
Les gris neutres du sujet, s’il y en a, sont affectés par cet éclairage et ils ont alors une coloration qui peut être considérée comme normale et faisant partie de la réalité photographiée, une coloration qu’il vaut mieux conserver parce que çà fait partie de l’ambiance de la scène.
5.8. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 4 :
Réduire l’intensité des parties claires de l’image,
si cela apporte
quelque chose
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Est‑ce qu'il est nécessaire de réduire la plage des densités de cette image?
Allez dans Image/Réglages/Niveaux.
Bougez vers la gauche l'indicateur blanc qui se trouve juste endessous de la gamme des gris (Attention : il ne s'agit pas de l'indicateur blanc qui se trouve endessous de l'histogramme!).
Dans le cas de cette image, un niveau de sortie réglé sur 244 à la place de 255 semble approprié… L’image est plus douce, moins crue. En faisant cela vous faites en sorte que les blancs dans l’image, s’ils existent, n’aient plus une intensité maximale.
Comme on aurait pu le prévoir c'est surtout la chemise blanche du personnage qui perd en intensité. A vous de juger si cela apporte quelque chose à l'image.
Peut-être allez vous juger que la chemise blanche attire trop le regard et que l’image s’améliore si cette chemise blanche est moins blanche… A vous de voir.

Ce réglage affecte toutes les autres intensités lumineuses…
Les rapports entre les valeurs lumineuses sont toutefois maintenus… Pour comprendre cela, ouvrez l’image qui s’appelle Démo réd intens part clair 1.tif…
Il faut faire en sorte que la palette des infos affiche des valeurs TSL. Parmi ces trois valeurs TSL, on ne va s’intéresser qu’à la valeur L, qui indique le niveau de luminosité.
Observez les niveaux d’intensité lumineuse des 5 différentes parties de cette image… Il s’agit une image qui contient un noir à 0% d’intensité lumineuse, un gris à 25%, un autre à 50%, un autre à 75% et aussi un blanc à 100% d’intensité lumineuse.
Maintenant allez dans le réglage Niveaux et faites sen sorte que l’intensité lumineuse du blanc diminue de moitié. Ensuite observez la palette de des infos… Elle vous indique que toutes les autres parties de l’image (excepté le noir) ont été diminuées de moitié, alors qu’on n’a fait que redéfinir l’intensité du blanc de l’image.
Comme nous le verrons plus loin dans la formation, le réglage des Courbes permettra d’aller plus loin dans les possibilités de correction chromatiques, puisqu’avec ce réglage vous pourrez modifier les rapports entres les intensités lumineuses d’une image.
5.9. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Complément d’information : Quand est‑ce qu’il est utile d’augmenter l’intensité lumineuse des parties foncées d’une image?
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Préparation d’une image qui est destinée à être imprimée sur un papier qui n’accepte pas beaucoup d’encre, comme le papier utilisé pour l’impression es quotidiens
Explication encrage total.
Le taux d’encrage maximal accepté par l’imprimeur sera différent suivant qu’il s’agit d’une impression P.Q. (Presse quotidienne), donc sur du papier très fibreux et qui fait très buvard, ou alors qu’il s’agit d’une impression plus haut de gamme sur du papier couché, miroir, etc… En réalité l’imprimeur peut techniquement charger le papier jusqu’à 400% d’encrage. Il lui suffit pour cela d’imprimer un document dont une partie utilise à 100% chacune des quatre couleurs… Cyan, Magenta, Jaune, Noir. Mais aucun imprimeur ne fait cela. D’abord parce que cela coûte cher… les encres Cyan, Magenta et Jaune sont coûteuse et il est inutile de les gaspiller en les superposant à 100% à un aplat de Noir à 100%.
Ensuite parce qu'un papier autant chargé en encre sèche mal… les feuilles s’empilent les unes sur les autres à la sortie de la presse… Si une feuille n’est pas sèche au moment où elle arrive sur la pile de feuilles déjà imprimées, il est fort probable qu’elle va tacher le feuille suivante.
L’imprimeur peut éventuellement utiliser un produit antimaculateur, mais la solution la plus simple consiste à ne pas trop charger en encre le papier. C’est pourquoi on est parfois amené, surtout pour les impressions P.Q., à réduire l’intensité des tons le plus foncés d’une image.
Activez l’outil pipette d’échantillonnage et posez un échantillon n’importe où sur le fond sombre du fond de la photographie
Ensuite modifiez la manière dont la palette des informations vous indique les valeurs de cet échantillon… Faites en sorte que le palette des informations vous montre l’encrage total. Pour cela, cliquez sur l’icône de pipette qui se trouve à coté du numéro de cet échantillon dans la palette des infos et descendez dans le menu qui apparaît à ce moment sur la ligne encrage total.
La palette des informations vous indique à ce momentlà que l’encrage total est de 293%. Cette information concerne spécifiquement les images qu’on destine à l’impression. Votre imprimeur devrait être capable de vous indiquer quelle est la quantité d’encre maximale qui peut se trouver sur le papier que vous allez utiliser.
Si l’imprimeur vous dit que l’encrage total ne doit pas dépasser 285%, vous allez devoir redéfinir l’intensité des tons foncés de l’image, en vous servant du réglage Niveaux, jusqu’à ce que la palette des informations vous indique que l’encrage total est équivalent à 285%.
Allez dans le réglage Niveaux et bougez l’indicateur noir qui se trouve tout en bas de la boite de réglage jusqu’à ce qu’il soir indiqué 285% dans la palette des informations. Votre image parait faible, les parties sombres semblent grises. C’est normal… Ce problème pourrait être résolu en appliquant le filtre accentuation.
Le filtre accentuation que nous étudierons un peu plus loin permet en effet de donner l’illusion que la plage des densités d’une image est plus large que ce qu’elle n’est en réalité. Comme il ne s’agit que d’une illusion d’optique, l’image reste correcte pour l’impression… l’encrage maximal n’est pas dépassé.
Pour cet exercice nous n’allons pas redéfinir l’intensité des tons les plus sombres de l’image, donc cliquez sur Annuler dans le réglage Niveaux. L’impression de documents en grand tirage est une matière spécifique au secteur prépresse, qui sera donc abordé avec les étudiants qui auront choisi de suivre les cours spécifiques au secteur prépresse durant la deuxième année du graduat en Techniques Infographiques de la Haute École Albert Jacquard.
Il est aussi possible de réduire la plage des densités d’une image en utilisant le réglage des Courbes. Allez dans Image/Réglages/Courbes.
Ceci est un rappel de ce que vous connaissez déjà du réglage des Courbes, car cela a été vu précédemment durant la formation :
1) Lorsque vous aviez modifié le gamma de l’image en utilisant le réglage des Courbes, après l’avoir d’abord expérimenté avec le réglage Niveaux (indicateur gris), vous aviez inséré un point au milieu du graphique et vous l’aviez bougé à l’horizontale.
2) Lorsque vous aviez expérimenté l’écrêtage sur une image en utilisant le réglage des Courbes,, après l’avoir d’abord expérimenté avec le réglage Niveaux (indicateurs blancs et noir endessous de l’histogramme, vous aviez bougé à l’horizontale les deux points qui se trouvent à chaque extrémité de la courbe dans le graphique.
Pour réduire la plage des densités d’une image en utilisant le réglage des Courbes, ce sont ces mêmes deux points qu’il faut bouger dans le graphique, mais cette foisci à la verticale.
Assurezvous que le graphique vous montre la quantité de lumière dans l’image… la gamme des gris endessous du graphique doit aller de gauche à droite du noir au blanc. Si c’est l’inverse, cliquez sur le bouton qui se trouve au milieu de cette gamme de gris. Ensuite essayez de bouger le point qui va vous permettre de redéfinir l’intensité des tons clairs dans l’image… C’est le point qui se trouve en haut à droite dans le graphique. Ce point est situé audessus de la partie blanche de la gamme des gris, il s’agit donc bien d’un point qui permet d’agir sur les parties claires de l’image. Descendez ce point dans le graphique jusqu’à ce qu’il soit inscrit 244 dans le cartouche Sortie du réglage des Courbes.
Dans le cartouche Entrée du réglage des Courbes, il devrait toujours être indiqué 255 lorsque vous bougez ce point. 255 est la valeur la plus claire dans une image, et vous êtes bien en train de redéfinir l’intensité des tons le plus clairs de cette image… Donc tout se tient, c’est cohérent. Lorsque nous avions réalisé ce réglage tout à l’heure
… … … RÉPERCUSSION sur TOUS les AUTRES NIVEAUX
Le point le plus lumineux est redéfini à 123.
Le fait d’avoir redéfini le point le plus lumineux qui pourrait potentiellement se trouver dans l’image a également modifié tous les autres niveaux de luminosité de l’image. Pour mieux le comprendre nous allons travailler effectuer quelques manipulations dans le réglage des courbes.
Tout d’abord nous devons nous assurer que le graphique du réglage des courbes se présente de la même manière chez tous les participants à cette formation. Il est en effet possible de changer la précision des zones carrées qui divisent le graphique… Enfoncez la touche ALT au clavier, gardezla enfoncée et cliquez dans le graphique…
Vous voyez que vous êtes passé d’une définition de zones à une autre. Habituellement on utilise le réglage des Courbes en ayant le graphique divisé en 16 zones carrées, et non 64… Donc cliquez dans le graphique en ayant la touche ALT enfoncée jusqu’à ce que le graphique soit divisé en 16 zones carrées.
Tant que nous sommes à modifier le comportement du réglage des courbes, vous pourriez également faire ceci, bien que si vous travaillez sur un moniteur qui affiche peu de points cela risque de vous gêner… Cliquez sur la petite case qui se trouve sur la droite de la barre de titre du réglage des courbes. La barre de titre est la partie striée qui se trouve tout en haut du réglage des courbes, sur laquelle il est inscrit Courbe et qui permet de déplacer la boite sur le moniteur pour éventuellement voir directement sur l’image les conséquences des réglages qu’on effectue.
Pour vous prouver que la redéfinition du point le plus lumineux qui pourrait potentiellement se trouver dans l’image, positionnez le pointeur dans le graphique juste à l’endroit où la courbe plate croise la ligne verticale située à gauche dans le graphique… Ensuite cliquez : cela pose un point sur la courbe plate.
Ce point nous indique qu’à cet endroit les pixels de l’image qui sont à une luminosité de niveau 64 seront après correction à un niveau de luminosité de 56.
Cliquez maintenant dans le graphique à l’endroit où cette courbe plate crois la ligne verticale du milieu… Vous pouvez lire que les pixels de l’image dont le niveau de luminosité est 128 seront après correction à un niveau de luminosité 111.
Procédez de même pour l’endroit où la courbe plate croise la ligne verticale à droite dans le graphique… Là vous lisez que les pixels de l’image dont le niveau de luminosité est 191 seront après correction à un niveau de luminosité 167. Tous les niveaux de luminosité intermédiaires subissent également un changement.
Comme on peut le soupçonner en regardant le graphique, et comme nous le confirment les chiffres qu’on vient de prélever, au plus les niveaux de luminosité sont différents du niveau de luminosité qu’on a modifié, au moins ils sont affectés par la correction…
Quelle est la différence entre 64 et 56 : 8.
Quelle est la différence entre 128 et 111 : 17.
Quelle est la différence entre 191 et 167 : 24.
Nous avons dit un peu plus tôt dans la formation que le réglage des Courbes permet d’aller plus loin que le réglage Niveaux, en ce sens qu’avec le réglage des Courbes il est possible de redéfinir les intensité en différents endroits de la gamme des niveaux de luminosité d’une image.
Pour le vérifier vous pouvez faire ceci : montez dans le graphique le point qui se trouve sur la ligne verticale de droite et descendez le point qui se trouve sur la ligne verticale de gauche. Ainsi vous éclaircissez les tons clairs de l’image et dans le même temps vous assombrissez les tons foncés de cette même image.
C’est bien la preuve qu’avec le réglage des Courbes on peut redéfinir l’intensité des lumières en différents endroits, et pas seulement sur le ton le plus clair, sur le ton moyen et sur le ton le plus foncé d’une image, comme on le faisait avec le réglage Niveaux avec les indicateurs noir, gris et blanc qui se trouvent endessous de l’histogramme.
Le réglage que vous avez obtenu dans le réglage des courbes est ce que le photograveurs appellent une courbe en «S». C’est une courbe de correction des luminosités qui est très souvent utilisée puisqu’elle permet de contraster l’image. Contraster, c’est augmenter les différences entre des choses qui sont déjà par nature différentes…
C’est exactement ce que nous avons fait en rendant les tons clairs encore plus clairs et en rendant les tons foncés encore plus foncés. Cependant nous n’appliquerons pas une telle courbe sur cette image car la formation en photogravure que vous êtes en train de suivre vise à préserver un maximum le rendu des détails dans l’image.
L’application d’une courbe en S sur une image est une méthode qui permet d’améliorer l’aspect général d’une image mais qui entraîne très souvent un mauvais rendu de la subtilité des nuances de cette image. Cliquez sur la case Aperçu dans le réglage des Courbes pour voir à quel point l’image perd du détail quand on lui applique un tel réglage.
Parfois vous voulez modifier l’intensité lumineuses d'une portion d’image, mais vous savez pas très bien définir quelle est l’intensité lumineuses de cette portion d’image. Prenons le cas par exemple de la partie orange foncé des oranges… Si on veut modifier l’intensité lumineuse de cet orange foncé, où donc fautil mettre un point de contrôle dans le graphique du réglage des courbes?
Il y a une possibilité d’être renseigné à ce sujet… Positionnez le pointeur de la souris sur l’image et cliquez simplement sur la partie orange foncé de n’importe laquelle des oranges, à ce moment vous voyez qu’une partie de la courbe dans le réglage des courbes est entourée d’un rond qui vous indique quelle est l’intensité lumineuse de la partie d’image sur laquelle vous êtes en train de cliquer, et donc cela vous indique où vous devez positionner un point de contrôle pour modifie facilement l’intensité lumineuse de ces pixels. Mieux : si vous cliquez au même endroit en ayant cette fois la touche Pomme enfoncée sur la clavier du Mac, ou la touche Contrôle enfoncée sur la clavier du PC, alors à ce moment un point de contrôle est inséré automatiquement sur la courbe.
Ce n’est pas important quelle orange nous sert ici pour arriver à trouver l’information que nous cherchons. En effet, nous modifiions actuellement la totalité de l’image. C’est ce qu’il faut faire quand on corrige les couleurs sur une image. C'est seulement après avoir rétabli l’équilibre des couleurs dans l'image que nous pourrons éventuellement effectuer une correction sélective sur une partie bien précise de l’image.
Bougez vers le haut ou vers le bas le point que vous venez d'insérer… Vous devriez ainsi trouver à un certain moment un réglage qui permet de rendre au mieux l’aspect des oranges. Remarquez que les parties du pelage du chat, ainsi que certaines parties des ombres sur la table, qui sont du même niveau d’intensité lumineuse que la partie orange vif des oranges se modifient également, et ceci indépendamment du fait que le pelage du chat et que la table ne soit pas de couleur orange… Elles sont de même intensité lumineuse tout simplement.
Maintenant enfoncez la touche ALT au clavier et cliquez que le cartouche Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®) qui apparaît endessous du cartouche OK dans le réglage des courbes. Nous allons voir comment réaliser la même: opération que ce qui vient d'être fait, mais cette fois den démarrant d’une courbe qui ne contient encore aucun point de contrôle.
Enfoncez la touche Pomme au clavier du mac ou CTRL au clavier du PC et cliquez sur la partie Orange® foncé des Oranges. Un point de contrôle arrivent sur la courbe plate qui se trouve dans le graphique. Vous allez ajouter un autre point de contrôle à sa gauche et une autre à sa droite… N’ajoutez pas ces deux points trop près… Ajoutezles de part et d’autre à une distance équivalente à plus ou moins 15% de la largeur du graphique.
Maintenant vous pouvez bouger le premier point de contrôle et modifier spécifiquement les pixels de l’image qui ont une intensité lumineuse similaire à celle de la partie orange foncé des oranges.
Il s’agit ici de réglages très subtils… il ne faut pas y aller trop fort, il: faut que l’aspect de l’image reste photographique. On comprend également ci l’importance de travailler sur un moniteur qui est étalonné et dont on connaît le profil… À quoi cela serviraitil de retoucher cette image avec subtilité si on courrait le risque qu’elle se dégrade lors de sa diffusion par voie électronique ou sur papier.
Si vous pensez que ce réglage améliore l’image, validezle et passez à la suite de la procédure de correction chromatique.
Pour bien comprendre le réglage des Courbes, il faut le pratiquer sur beaucoup d’images.
16 POINTS de CONTRÔLE MAXIMUM.
ON PEUT ALLER sur CHACUNE des COUCHES.
On peut enregistrer les courbes, pour éventuellement les appliquer sur plusieurs images qui ont été prises dans les mêmes conditions, bien que c’est moins bon que d’appliquer un réglage spécifique à chaque. On peut aussi appliquer le réglage sur un film enregistré en fichiers numérotés, bien qu’il existe des logiciels comme Combustion® qui permettent…
DETAIL
QUAND ON IMPRIME, LE PAPIER VA DÉJÀ NATURELLEMENT RÉDUIRE La Plage des densités, ON PEUT LE PRÉVISUALISER (MENU AFFICHAGE).
Les techniques modernes de gestion des couleurs permettent de préparer automatiquement une image à être imprime sur du papier qui n’accepte pas beaucoup d’encre
XXX
5.10. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 5 : Régler la couleur dans les tons moyens de l’image
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Allez dans le réglage Niveaux pour pouvoir régler la couleur dans les tons moyens
Ce sera encore une occasion de se débarrasser un peu plus de la dominante bleutée/grisée de cette diapositive.
On pourrait évidemment aller aussi dans le réglage Niveaux pour réaliser cela, ou dans le réglage Balance des couleurs, comme cela a été expliqué précédemment. Attaquez la couche Rouge, la couche Verte et la couche Bleue spécifiquement et dosez la couleur afin d'obtenir un résultat valable. Utilisez la case Aperçu pour juger de l'amélioration que votre réglage apporte à l'image avant de l'appliquer définitivement.
5.11. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 6 : Régler la couleur dans les tons foncés et dans les tons clairs de l’image
Le réglage Balance des Couleurs permet d’avoir plus de contrôle que le réglage Niveaux sur les couleurs dans les images
XXX
Le réglage des Courbes permet de réaliser tout ce qui est possible avec le réglage Balance des Couleurs, et même d’avoir encore plus de contrôle sur les couleurs dans les images
Le réglage Balance des Couleurs n’est qu’une autre manière de présenter le réglage des Courbes, qui est plutôt rebutant pour les noninitiés.
Le réglage Balance des couleurs réuni en un seul panneau des fonctionnalités du réglage des courbes qui sont répartis sur plusieurs parties du réglage des courbes. C’est pourquoi cela peut parfois être intéressant d’utiliser le réglage Balance des Couleurs, même sui dans l’absolu on pourrait très bien s’en passer puisque tout ce qu’on peut y faire, on peut également le faire dans le réglage des Courbes.
détail
Complément d’information
Précédemment nous avons neutralisé les tons clairs et les tons foncés de l'image. C’estàdire que nous avons fait en sorte qu'une partie gris clair sans coloration du sujet photographié soit également gris clair sans coloration dans l'image numérique qui représente ce sujet, et nous avons également fait en sorte qu'une partie gris foncé sans coloration du sujet photographié soit également gris foncé sans coloration dans l'image numérique qui représente ce sujet.
Le fait d'avoir neutralisé ainsi les gris de l'image a eu une conséquence positive : le rendu des couleurs dans l'image numérique est également devenu plus fidèle à la réalité photographiée. Nous pouvons toutefois encore améliorer l'aspect de l'image en réglant cette fois la couleur dans les tons moyens. Pour faire cela, nous allons utiliser le réglage Niveaux dans un premier temps, ensuite nous verrons que le réglage Balance des couleurs peut également être utilisé pour régler la couleur dans les tons moyens de l'image, et qu'il permet d'aller plus loin que le réglage Niveaux dans le contrôle des couleurs. Enfin nous verrons que le réglage des Courbes permet également de modifier les couleurs dans les tons moyens d'une image, en allant encore plus loin que les réglages Niveaux et Balance des couleurs dans le contrôle qu'on a sur les couleurs dans l'image.
5.11. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Complément d’information :tout ce qui peut être réalisé dans le réglage Niveaux peut également être réalisé dans le réglage des Courbes
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Le réglage des Courbes permet de réaliser tout ce qu’il est possible de faire avec le réglage Niveau, et permet également de réaliser des corrections que le réglage Niveau ne permet pas
XXX
Modifier l’intensité des tons moyens d’une image en se servant du réglage des Courbes
Nous allons voir comment il faut procéder. Allez dans Image/Réglages/Courbes. Le réglage des Courbes est vraiment le réglage de couleurs préféré des professionnels. Il intègre tout ce qu’il est possible de faire dans le réglage Niveaux, mais il offre encore plus de possibilités pour réaliser des corrections très fines.
Faites quelques essais pour expérimenter le réglage des Courbes, même si c’est n’importe quoi, c’est déjà une première approche : dans le bas de la boite de réglage des Courbes il y a deux outils qui permettent de modifier le graphique qui se trouve dans le haut de la boite de réglage. Enclenchez l’outil de gauche, celui qui ressemble à une montagne russe, et cliquez dans le graphique.
Il peut y avoir jusqu’à 16 points dans le graphique du réglage des courbes mais en pratique on n’en met jamais autant.
Pour enlever un point, il suffit de le prendre et de l’emmener en dehors du graphique.
Une fois que avez expérimenté cela, essayez l’autre outil qui se trouve dans le bas de la boite de réglage des Courbes, c’est le crayon.
Complément d’information
D’abord, remettez à zéro le réglage des Courbes en enfonçant la touche ALT sur votre clavier, en la gardant enfoncée et en cliquant sur le cartouche Rétablir (dans la version 6 de Photoshop®) ou Réinitialiser (dans la version 7 de Photoshop®) dans la boite de réglage des Courbes.
Ensuite activez l’outil de gauche dans le bas de la boite de réglage des Courbes. C’est l’outil qui ne ressemble pas à un crayon.
Dans le bas de la boite de réglage des Courbes, vous trouvez une échelle de gris horizontale comme celle que nous avions dans la boite de réglage Niveaux. Au milieu de cette échelle de gris horizontale, il y a un petit interrupteur sur lequel vous pouvez cliquer. En cliquant sur cet interrupteur, vous remarquez que cela inverse l’échelle de gris. En inversant l’échelle de gris vous modifiez la manière dont il faut comprendre le graphique qui se trouve dans le haut de la boite de réglage. Lorsque l’échelle de gris va de gauche à droite du blanc au noir, le graphique montre la quantité d’encre que l’image va nécessiter.
Nous n’utiliserons pas cette manière de procéder… en cliquant sur l’interrupteur qui se trouve au milieu de l’échelle de gris horizontale, faites en sorte que l’échelle de gris aille de gauche à droite du noir au blanc. Ainsi, le graphique montre la quantité de lumière nécessaire pour reproduire l’image. C’est en ayant le réglage des Courbes réglé ainsi que nous allons travailler. C’est également ainsi que l’échelle des gris se présentait dans le réglage Niveaux.
Après avoir rétabli le réglage des Courbes comme vous venez de le faire, la Courbe dans le graphique devrait se présenter sous la forme d’une diagonale à 45 degrés. Il y a déjà deux points à chaque extrémité. Cliquez au milieu de cette courbe plate orientée à 45 degrés dans le graphique.
Vous venez d’ajouter un troisième point. Ce n’est pas grave s’il n’est pas situé exactement au centre de la courbe, nous allons de toute manière devoir le bouger. C’est avec ce point que vous allez pouvoir modifier l’intensité des tons moyens de l’image.
Bougez ce point à l’horizontale vers la gauche puis vers la droite. Vous remarquez qu'en bougeant ce point à l’horizontale, vous obtenez le même résultat qu’avec l’indicateur gris dans le réglage Niveaux.
Bougez ce point vers la gauche jusqu’à ce qu’il soit inscrit approximativement dans le bas du réglage des Courbes Entrée : 64, Sortie : 128. A ce moment l’image est éclaircie. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les pixels dont l’intensité est de niveau 64 dans l’image avant réglage seront désormais à une intensité de niveau 128 lorsque le réglage sera appliqué sur l’image.
Maintenant bougez le point vers la droite jusqu’à ce qu’il soit inscrit approximativement Entrée : 192, Sortie : 128. L’image s’assombrit. Les pixels dont l’intensité est 192 dans l’image non modifiée seront à une intensité de niveau 128 lorsque ce réglage sera appliqué. 128 est l’intensité des tons moyens d’une image RVB…
En effet, une image RVB est constituée de trois couches qui peuvent chacune contenir 256 intensités lumineuses. Nous en avons parlé au début de la formation. L’intensité lumineuse la plus faible est à 0 et l’intensité la plus forte est à 255. L’échelle de luminosité s’étend donc de 0 à 255. Au milieu, c’est l’intensité 128 qui est celle des tons moyens de l’image. Vous venez donc bien de modifier le gamma de l’image comme vous l’aviez fait dans le réglage Niveaux.
N’appliquez pas le réglage. Normalement cette image présentait déjà des tons moyens à une bonne intensité lumineuse : vous les aviez modifiés avec le réglage Niveaux.
DETAIL
5.13. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 7 : Effectuer une correction sélective,
si cela est nécessaire
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Attention, il faut avoir réglé la pipette de la palette des outils en option «échantillonnage 5x5»
Une correction sélective, c'est un réglage des couleurs qui n'affecte qu'une portion du spectre chromatique, sans même devoir définir une sélection sur l'image.
Il y a deux raisons pour lesquelles son pourrait vouloir appliquer une correction sélective sur cette imageci. La première raison c'est que le tissu bleu de la coiffe est très vif et saturé… Tellement qu'il en devient le centre d'attraction principal du regard, alors que ce devrait être le visage qui capte le regard en premier lieu dans cette image. Ensuite nous pouvons essayer d'effectuer une correction sélective pour modifier la couleur dans le visage, pour lui donner un aspect plus sain.
Allez dans le menu Image/Réglages… vous voyez dans lez sousmenu qu'il y a un réglage de correction des es couleurs qui s'appelle correction sélective ce n'est pas ce réglage que nous allons utiliser. En effet, il n'est pas utilisable sur une image en RVB 48bit. L Il est plus spécifiquement prévu pour effectuer une correction chromatique sur une image CMJN, bien qu'il fonctionne également sur les images RVB 24bit.
Le réglage que nous allons utiliser ici pour effectuer une correction sélective, c'est le réglage Teinte/Saturation Mais nous n'allons pas l'utiliser comme nous l'avons utilisé jusqu'à présent. Allez dans Image/Réglages/Teinte Saturation… Jusqu’à présent nous avons utilisé ce réglage en mode global en face de l'inscription Modifier, choisissez Bleus dans le menu à la place de Global. A ce moment vous voyez que des indicateurs apparaissent sur les bandes qui représentent la roue chromatique dans le bas de la boite Teinte/Saturation.
Entre les deux indicateurs verticaux, les parties d'images qui ont ces couleurs seront modifiées à 100% par les réglages que vous allez effectuer,. En dehors des indicateurs triangulaires le parties d'image qui ont ces couleurs ne seront pas affectées du tout par les réglages que vous allez effectuer. Et entre les indicateurs triangulaires et les indicateurs verticaux, c'est une transition progressive entre les pixels qui ne sont pas modifiés du tout par lé réglage et ceux qui sont modifiées à 100% par le réglage. Désaturez la couleur bleue, et par la même occasion augmentez sa luminosité… Pour cela jouez avec les deux curseurs Saturation et Luminosité de la boîte de réglage Teinte/Saturation. Le tissu de la coiffe est maintenant moins vif, il ne détourne plus l'attention de l'essentiel : le visage. Modifiez maintenant la couleur dans le visage. Pour cela, choisissez de modifier les Rouges de l'image. Augmentez la saturation, modifiez la luminosité comme bon vous semble, et éventuellement utilisez le curseur Teinte pour modifier un peu la coloration des teintes rouges du visage. Peutêtre le visage estil maintenant trop jaunâtre? Pas de problème, visez les tons Jaunes de l'image, et diminuez leur saturation, ou donnez leur une coloration plus roue en utilisant le curseur Teinte Vous remarquez certainement que le bijoux jaunes sont également affecté par vos réglages, c'est normal.
Si vous désirez récupérer ces bijoux avec la couleur qu'ils avaient avant d'appliquer le réglage, il va falloir utiliser le principe des instantanés … Allez dans la palette historique et revenez en arrière d'une étape, juste avant que le dernier réglage ne soit appliqué sur l'image. Ensuite allez dans le menu de la palette Historique et demandez de créer un Nouvel instantané Ensuite repositionnez l’indicateur tout à fait dans le bas de la palette Historique, endessous de la ligne qui concerne l'application du réglage Teinte/Saturation. Ensuite activez la forme d'Historique dans la palette de outils, vérifiez que ses options sont bien réglées, cliquez DANS La CASE en FACE de l'instantané que vous venez de créer dans le haut de la palette Historique (NE CLIQUEZ PAS sur L'INSTANTANE, CLIQUEZ sur La CASE en FACE de CET INSTANTANE!). Passez la forme d'Historique dans l'image sur les bijoux jaunes… Vous les récupérez tels qu'ils étaient avant l'application du réglage Teinte/Saturation.
Se conformer à la couleur d’un produit telle qu’elle est spécifiée par la charte du fabricant, en RVB, en CMJN pou en Lab
XXX
5.14. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Avant l’accentuation des détails, qui est l’étape suivante du traitement chromatique, on peut recommencer à appliquer les 7 étapes qui viennent d’être appliquées, dans le cas où on n’est pas encore satisfait du résultat
5.15. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 8 : Appliquer un filtre d'accentuation
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Une des dernières opérations à effectuer pour améliorer l’aspect des images que vous numérisez, c’est de leur appliquer un filtre d'accentuation…
Le filtre d’accentuation exploite une caractéristique de la vision humaine, démontrée dans les expériences de Craik ‘o Brian.
Donc avant d’étudier comment fonctionne le filtre d’accentuation, nous allons d’abord étudier l’illusion d’optique de Craik o’ Brian…
Ouvrez l’image Craik o’ Brian 2…
Cette image représente deux plages de gris différentes… La plage de gris de gauche est plus claire que la plage de gris de droite. Au milieu de l’image il y a une ligne claire et une ligne foncée. A cause de la présence de ces deux lignes, les plages de gris nous apparaissent plus différentes qu’elles ne le sont en réalité.
Pour vous prouver que cela se passe vraiment ainsi, ouvrez l’image Craik o’ Brian 1. Ici la plage de gris de droite vous apparaît plus foncée que celle de gauche… Et pourtant les deux plages de gris ont exactement la même intensité! C’est la présence des lignes claire et foncée qui accentue la différence entre ces deux plages de couleurs identiques.
Voici la démonstration que ces deux plages de couleurs sont identiques…
Cliquez sur l’onglet de la palette Infos, en haut à droite sur votre moniteur, ou alors allez dans le menu Fenêtres et activez la ligne Afficher les Infos. Nous allons prélever des informations sur les valeurs de pixels de cette image en utilisant l’outil pipette, conjointement avec la palette des Infos.
Cliquez sur une des petites icônes de pipettes dans la palettes des infos… un menu apparaît… choisissez l’option Niveaux de gris, ainsi vous lirez dans la palette des infos quelle est l’intensité des gris de l’image. Ensuite activez l’outil pipette simple dans la palette des outils de Photoshop® (PAS L’OUTIL PIPETTE AVEC UNE CIBLE). Passez avec la pipette audessus de l’image… Vous voyez que le gris est à 50% d’intensité à gauche comme à droite.
C’est donc grâce à l'illusion d’optique de Craik o' Brian que nous allons pouvoir accentuer les différences entre les plages de couleurs dans une image… Car cela ne fonctionne évidemment pas uniquement avec des plages de niveaux de gris comme celles que nous venons de voir.
Le processus d'accentuation fonctionne comme ceci : Photoshop® repère où se trouvent les transitions entre les plages de couleurs dans une image qu’on veut accentuer. Ensuite sur chacune des frontières entre des plages de couleurs différentes dans l’image, le filtre accentuation va mettre d’un côté une ligne claire, et de l’autre côté une ligne foncée. Ainsi on aura l’impression que les plages de couleurs sont encore plus différentes les unes des autres, alors que rien n'aura véritablement changé dans les plages de couleurs… tout se passe aux frontières entre ces plages de couleurs.
Comment le filtre Accentuation faitil pour voir où se trouvent les transitions entre les plages de couleurs dans une image? Cela sera expliqué plus loin, en réalité c’est un processus informatique assez simple.
Pourquoi ne pas modifier directement les plages de couleurs ellesmêmes, plutôt que de recourir à un filtre qui travaille sur les transitions entre ces plages de couleurs? Pour accentuer le contraste entrer des plages de couleurs, le filtre accentuation est une meilleure solution que le réglage de Contraste, par exemple. En effet, si on modifie les pixels dans les plages de couleurs avec un réglage comme Contraste, on va perdre du détail dans les plages de couleurs, ce qui est à éviter absolument.
De plus, le filtre Accentuation permet de compenser deux problèmes qu'on peut rencontrer avec les images numériques…
1) Quand on numérise un original, le résultat obtenu est toujours un peu flou… ce qui est très net sur l’original n'est plus aussi net dans la version numérisée de cet original, et cela même lorsqu’on utilise des scanners de très haut de gamme comme les scanners rotatifs. Le filtre accentuation va deviner où se trouvent les transitions entre les plages de couleurs et va les souligner, ce qui aura pour conséquence de donner une impression de netteté dans l’image et également d’accentuer les différences entres les plages de couleurs ellesmêmes, donc d’accentuer la dynamique générale de l’image.
2) L’autre problème que le filtre Accentuation permet de résoudre, c’est que le nombre des couleurs qui sont réellement imprimables sur du papier offset est finalement assez limité, les images sont plutôt ternes si on les imprime en offset sans leur avoir appliqué un filtre d'Accentuation …
Sur un moniteur d’ordinateur, on peut afficher une gamme de couleurs assez étendue, y compris des couleurs très vives. Mais sur du papier offset, ce sont des couleurs plus ternes à cause de la limitation physique des encres… des couleurs qui paraissent vives sur le moniteur de l’ordinateur deviennent ternes une fois qu’elles sont imprimées. Le filtre Accentuation va alors permettre de donner l’impression que la gamme des couleurs sur le papier est plus riche que ce qu’elle n’est en réalité.
On retrouve également ce procédé à la télévision… Cela se remarque tout le temps quand on est attentif, mais c’est surtout sur les journaux télévisés que c’est fort visible. Là aussi c'est pour donner l'impression que l'image est plus riche en couleurs et également plus nette que ce qu'elle n'est en réalité.
On remarque également cela sur les DVD… Observez les parties de l’image où deux zones de couleurs différentes sont juxtaposées… Vous devriez voir d’un coté une ligne claire et de l’autre coté une ligne foncée. Ce sont les effets du filtre accentuation.
Ouvrez l’image Brut_01.tif que vous aviez commencé à retoucher, ou ouvrez la version retouchée qui vous est fournie avec cette formation : Brut_01_ret_sans_accent.tif.
Cette image représente un personnage folklorique. Parmi les milliards de nuances de couleurs que contenait cette image RVB 48bit au départ, vous avez sélectionné quelles sont les 16 millions qui vont se retrouver dans cette image quand elle sera passée du mode RVB 48bit au mode RVB 24bit. Vous avez fait cela en utilisant les outils de correction chromatiques de Photoshop® et en suivant la procédure qui a été expliquée au début de cette formation. Il reste maintenant à appliquer le filtre Accentuation, pour donner la touche finale à votre oeuvre.
Pour appliquer le filtre Accentuation, il faut normalement aller le chercher dans le menu Filtres. Mais actuellement aucune ligne de commande du menu Filtre n’est accessible. Pour pouvoir appliquer le filtre Accentuation sur cette image RVB 48bit, faitesla passer au mode RVB 24bit… pour cela allez dans le menu Image/Mode/8bit (par couche).
Zoomez dans l’image pour visualiser à 100% sur votre le visage du modèle.
Ce qu’il manque à cette image pour qu’elle soit correcte, c’est donc un peu de netteté. Allez dans le menu Filtres/Renforcement/Accentuation.
Dans la boite de réglages Renforcement, mettez les trois curseurs à fond vers la gauche, nous allons étudier à quoi chacun d’eux correspond.
Avec les trois curseurs complètement à gauche, aucun filtre d’Accentuation ne s’applique sur l’image.
Déplacez vers la droite l’indicateur du curseur du dessus… Rien ne se passe.
Remettez l’indicateur complètement à gauche.
Maintenant essayez de déplacer vers la droite l’indicateur du curseur du milieu… Rien ne se passe non plus.
Même chose avec le curseur du bas.
Vous comprenez donc que pour appliquer le filtre Accentuation, il faut jouer sur plus d’un curseur à la fois.
Voyons d’abord comment fonctionnent ensemble les deux curseurs du dessus.
Le curseur de tout en dessous doit rester réglé complètement à gauche pour l'instant.
Bougez les indicateurs des deux curseurs du dessus… en jouant avec ces deux curseurs, vous remarquez que le curseur du milieu permet de choisir l’épaisseur de le ligne claire et de la ligne foncée qui sont créées par le filtre à la frontière entre deux plages de couleurs différentes dans l’image… par exemple entre le front du personnage et le décor d’arrièreplan. Vous remarquez aussi que le curseur du haut permet de définir l’intensité de cette ligne claire et de cette ligne foncée.
Quelles sont les valeurs qu’il faut choisir pour ces deux curseurs? Cela dépend de beaucoup de choses… 
1) le sujet de la photographie est évidemment un élément à prendre en considération. Ainsi on accentuera différemment un photo qui représente des objets à caractère organique (= naturel) qu'une photo qui représente des objets métalliques.
2) le nombre de pixels que contient l'image influence également… Un réglage sera très visible sur une image qui contient peu de pixels, alors que ce même réglage modifiera à peine cette même image si on l’a numérisée avec plus de précision, et donc avec plus de pixels. D'une manière générale on peut dire qu’il vaut tout de même mieux ne pas y aller trop fort avec le réglage du rayon : restez aux alentours de 1 pixel de rayon, et augmentez plutôt le gain, parfois bien audelà des 100%.
3) L'élément culturel influence égale ment la manière dont on applique le filtre Accentuation … Dans les magazines allemands, le filtre Accentuation est souvent appliqué avec une réglage assez fort, tandis que chez les français ce sera souvent plus subtil.
Revenons à notre image : pour prendre conscience à quel point le filtre Accentuation améliore l’image, vous pouvez décocher puis recocher la case Aperçu dans la boîte de réglage, pour voir l’avant et l’ après.
Il n’est pas possible de voir l’entièreté de cette image sur le moniteur quand on affiche cette image à l’échelle 100%. Mais vous avez tout de même la possibilité de voir les effets du filtre Accentuation sur d’autres parties de l’image sans être obligé de l'appliquer déjà…  il suffit d’enfoncer la barre d’espacement sur le clavier et d'utiliser la main qui apparaît à ce moment pour bouger l’image dans sa fenêtre.
Souvenez vous que l'affichage à une échelle de 100% est vraiment nécessaire ici pour pouvoir bien juger de la qualité de l’image, et pour pouvoir bien paramètrer le filtre accentuation.
Vous remarquez certainement que le filtre Accentuation modifie aussi l'intérieur des plages de couleurs… par exemple la peau du visage du modèle est accentuée, ce qui est très laid. Ce problème est connu et c’est pour cela que le troisième curseur existe dans le bas de la boîte de réglage du filtre accentuation : c'est le curseur Seuil …
Actuellement ce curseur Seuil est réglé sur 0. Déplacez l’indicateur de curseur vers la droite… vous remarquez que au plus vous allez vers la droite, au moins le filtre Accentuation ne s’applique. En réalité le filtre Accentuation s’applique toujours, mais il s'applique principalement aux frontières entre les plages de couleurs, et plus à l'intérieur des plages de couleurs. Si vous mettez l’indicateur du curseur Seuil tout à fait à droite, alors le filtre Accentuation n’agit plus du tout.
Cela fonctionne comme ceci : Avec le curseur Seuil réglé à 0, le filtre Accentuation repère des différences entre les plages de couleurs dans toute l’image. C’est pourquoi sur la peau du visage du modèle le filtre Accentuation s’applique… Il a réussi à trouver des plages de couleurs différentes sur la peau.
En réglant le curseur Seuil sur 30, par exemple, à ce moment le filtre accentuation trouve moins de plages de couleurs dans l’image, car en faisant cela on indique au filtre accentuation qu’il ne doit considérer que deux plages de couleurs sont distinctes l'une de l’autre qu’à condition que leur différence de luminosité soit supérieure à 30 niveaux. L’échelle des luminosités de l’image comporte 256 niveaux : 0 étant le niveau de luminosité des pixels les plus foncés et 255 étant le niveau de luminosité des pixels les plus clairs. Cela explique pourquoi lorsqu’on règle le curseur Seuil à 255, le filtre accentuation n’agit plus du tout… Il n'arrive plus à trouver deux plages de couleurs différentes puisqu'on exclut d’office toutes les plages de couleurs dont la différence de luminosité n’est pas supérieure à 255 niveaux.
Même si le fait de jouer avec le curseur Seuil améliore un peu l’image, le résultat n’est tout de même pas très bon. C’est pourquoi nous allons cliquer sur Annuler dans le réglage d’accentuation, et que nous allons faire en sorte que les parties de l’image qui ne doivent pas être accentuées (comme le visage) soient préservées à l’aide d’une sélection.
L’élément qu’il faut absolument préserver du filtre Accentuation, dans le cas de cette image, c’est le visage. Il va falloir trouver dans laquelle des trois couches constitutives de l’image cet élément qu'on veut préserver se détache le mieux du reste de l’image. Peu importe qu’il soit foncé sur fond clair ou clair sur fond foncé, du moment que cet élément qu'on veut préservé, le visage, se détache bien du reste de l’image dans une des trois couches constitutives de l'image.
Dans la palette des Couches, cliquez sur la couche Rouge pour la visualiser dans le document de travail telle qu’elle est vraiment… à ce moment vous devriez la voir en grand telle qu'elle est vraiment, c’estàdire une couche en 256 niveaux de gris.
Si vous ne voyez pas la couche en Niveaux de gris dans le document de travail mais que vous la voyez en rouge, c'est que l’option Couches en couleur est cochée dans Edition/Préférences/ Affichage et pointeurs. Dans ce cas allez décocher cette option, ainsi vous devriez voir la couche en niveaux de gris.
Cliquez sur la couche Verte puis sur la couche Bleue. Dans laquelle de ces trois couches le visage se détachetil le mieux?C’est dans la couche Rouge dans ce casci.
Positionnez le pointeur de la souris sur cette couche Rouge, cliquez et gardez enfoncé le bouton de la souris, puis emmenez la main qui poigne sur l’icône qui représente un bloc de feuille dans le bas de la palette des couches… Ainsi vous créez une couche alpha qui est un duplicata parfait de la couche Rouge. Nous allons optimiser cette couche alpha afin de nous en servir pour préserver le visage lorsque nous allons appliquer le filtre Accentuation.
Optimiser la couche alpha consiste dans ce cas ci faire en sorte que le visage se détache encore plus du reste de l’image. On pourrait pour cela appliquer un réglage de contraste, mais il y a une méthode plus interactive et moins destructive que cela…
Après vous entre assurés que vous êtes bien en train de travailler sur la couche alpha que vous venez de créer, allez dans le réglage des Courbes. Doublecliquez sur la pipette blanche qui se trouve dans le réglage des courbes… le sélecteur de couleurs apparaît, à ce moment vérifiez que le couleur qui est sélectionnée est bien du blanc. Une fois que c’est le cas, cliquez sur OK.
Maintenant doublecliquez sur la pipette noire qui se trouve dans le réglage des courbes… Dans le sélecteur de couleurs qui apparaît à ce moment, vérifiez que la couleur qui est sélectionnée est bien du noir, puis validez par OK.
Il est toujours prudent avant d’utiliser les pipettes blanche et noire d’un réglage de couleurs d’aller vérifier comme on vient de le faire qu’elle sont bien réglées.
Activez la pipette blanche dans le réglage des Courbes, et cliquez dans l’image sur le visage… Vous voulez qu’il devient plus blanc. Maintenant activez la pipette noire dans le réglage des courbes, et cliquez ailleurs que sur le visage dans le document… Cela s’assombri à cet endroit. Faites toutefois attention à garder quelques niveaux de gris dans la couche alpha… Il ne faudrait pas qu’elle ne comporte plus que du blanc et du noir, cela pourrait révéler les contours de la sélection quand on appliquera le filtre Accentuation. Une fois que la couche alpha est optimisée comme vous le souhaitez, validez le réglage des Courbes.
Dans une couche alpha, ce qui est blanc sélectionne et ce qui est noir préserve. Notre couche alpha doit donc être transposée en négatif afin que le visage soit noir dans la couche alpha : nous voulons préserver le visage. Allez dans le menu Image/Réglages/Négatif. Cette couche alpha est désormais prête à être utilisée.
Rappelezla sur l’image en allant par exemple dans le menu Sélection/Récupérer la sélection (si vous avez fait plusieurs sélections, n’oubliez pas de récupérer la bonne), ou alors en enfonçant la touche pomme au clavier (CTRL sur les PC) et en cliquant dans la palette des couches sur la vignette de la couche alpha dont vous voulez extraire une sélection.
Pour ne plus voir les pointillés de sélection, allez dans le menu Affichage/Extras (Photoshop® 7) ou dans Photoshop® 6 Affichage/Afficher, et dans ce sousmenu décochez la ligne de commande Contour de la sélection. Si vous travaillez avec une version de Photoshop® antérieure à la 6, alors pour obtenir cela vous devez activer la ligne Masquer le contour dans le menu Affichage.
Maintenant allez chercher le filtre Accentuation et choisissez les réglages adéquats pour les deux curseurs Gain et Rayon. Puisque nous avons déjà une sélection active sur l'image qui préserve certaines parties de cette image des effets du filtre Accentuation, le curseur Seuil doit rester réglé sur 0.
Normalement vous devriez voir que vous appliquez l’accentuation sur toute l'image, sauf sur le visage qui est préservé.
Rappel à propos de l'échelle de visualisation des images
Rappel : pour bien juger de la qualité des images dans Photoshop®, il faut les visualiser à l'échelle 100%.
Quand une image numérique est affichée à l’échelle 100%, sa grille de pixels correspond à la grille des points de le moniteur. A ce moment il n’y a pas de moirages comme on en rencontre lorsque l’image est affichée par exemple à l'échelle 66,6%…
En effet à cette échelle de 66,6% il y a interpolation de l'affichage… 9 pixels de l’image sont affichés sur 6 points de le moniteur. Cela entraîne des approximations qui empêchent de juger de la qualité de l’image dans de bonnes conditions.
Pour obtenir rapidement l'affichage 100% dans Photoshop®, il suffit de doublecliquer sur l’icône de l’outil Loupe dans la palette des outils.
Comment Photoshop® fait‑il pour arriver à trouver l'emplacement des contours dans une image?
DÉMONSTRATION TROUVER les CONTOURS + TRACÉ des CONTOURS + FLOU Optimisé.
5.16. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 9 : Egaliser avec les outils de maquillage, ou avec l’«égalisation selon la zone sélectionnée»
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Attention, il faut avoir réglé la pipette de la palette des outils en option «échantillonnage 5x5»
5.17. Traitement chromatique des images RVB dans le logiciel Adobe Photoshop® :
Etape 10 : Effectuer la séparation quadri, ou la réduction du nombre de couleurs de l’image avec une table des couleurs
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue…
Si vous reprenez la formation ici après l’avoir interrompue, remettez à zéro les paramètres de Photoshop®, en enfonçant et en gardant enfoncées les trois touches (de l’ordinateur Apple Macintosh®) Pomme, ALT et Majuscule juste après avoir lancé Photoshop®, jusqu’à ce qu’un message apparaisse : Supprimer les paramètres. A ce moment cliquez sur Oui.
Comme il a été expliqué dans le chapitre intitulé «La remise à zéro des paramètres de préférences de Photoshop® 6 et 7», n’oubliez pas de continuer à appuyer sur ces trois touches (Photoshop® 6) ou sur les deux touches Pomme et ALT (Photoshop® 7) jusqu’à ce qu’apparaisse le message qui concerne les disques de travail, et là indiquez que le disque de travail est le disque «Mémoire», et non pas le disque «de démarrage».
N.B. Sur PC, la touche CTRL doit être utilisée à la place de la touche Pomme du Macintosh®.
Attention, il faut avoir réglé la pipette de la palette des outils en option «échantillonnage 5x5»
La conversion d’une image RVB vers une image CMJN, c’est ce qu’on appelle la séparation quadri
Depuis la version 5 de Photoshop, on utilise des profils ICC pour réaliser cette transformation des images RVB vers les images CMJN.
Avant cela, on utilisait des tables de séparation. Le principe est à peu près le même.
Prévisualisation des valeurs CMJN avant séparation, avec la palette des infos
Posez une cible d’échantillonnage quelque part sur une image RVB.
Ensuite, modifiez la manière dont la palette des infos vous informe sur la couleur qui se trouve sous cet échantillon… Pour cela, cliquez sur la petite pipette endessous du numéro de l’échantillon dans la palette de infos et en descendez sur la ligne «Couleurs CMJN» dans le petit menu qui apparaît.
Votre image n’en devient pas pour autant une image de type CMJN, mais cela vous indique quelles seraient les valeurs de cette image si vous la transposiez du mode RVB au mode CMJN, si vous alliez dans le menu Image/Mode/Couleurs CMJN.
Les valeurs CMJN que vous lisez dans la palette des infos sont donc les valeurs qu’auraient votre image si vous la transformiez de RVB à CMJN
Pour vous le prouver nous allons modifier les paramètres de conversion des images RVB vers les images CMJN.
Normalement on fait cela lorsqu’on veut faire en sorte que l’image CMJN qu’on obtient en convertissant une image RVB soit adaptée à un matériel d’impression bien spécifique.
En effet chaque matériel d’impression a des caractéristiques qui lui sont propres et si on veut garantir un résultat valable sur le papier il faut prévoir au moment de la conversion de RVB à CMJN quel est le matériel d’impression qui sera utilisé.
Modifier les paramètres de conversion de RVB vers CMJN
L’explication qui suit concerne les version 6 et 7 de Photoshop®, mais pas la version 5.
Allez dans le menu Edition/Couleurs…
Dans la boite de dialogue qui s’ouvre, vous devriez avoir la case Aperçu cochée. A la rubrique espace de travail de cette boite de dialogue, cliquez sur le cartouche qui se trouve à coté du mot CMJN … Un menu apparaît… Allez dans le haut du menu jusqu’à la ligne CMJN personnalisé.
A ce moment une nouvelle boite de dialogue s’ouvre audessus de la précédente. A la rubrique «Limite de l’encre noire», il est indiqué 100%. Modifiez cette valeur, mettezy par exemple 20% et observez ce qui se passe après quelques secondes dans la palette des infos… les valeurs de la couleur échantillonnée changent.
Cette expérience prouve que lorsque des valeurs chromatiques sont lues dans la palette des infos dans un modecouleur différent de celui dans lequel se trouve l’image, ces valeurs sont celles qui seraient obtenues si cette image était convertie vers ce modecouleur différent.
Cliquez sur Annuler dans cette boite de paramètrage, et également dans la suivante… Nous n’allons pas modifier les paramètres de conversion des images RVB vers les images CMJN.
5.18. Nettoyage de logos numérisé
5.19. Les calques de réglages
Une fois que vous connaissez le fonctionnement ces outils de correction‑couleur de Photoshop®, cela ira très vite pour comprendre comment fonctionnent les calques de réglage.
Nous avons expérimenté quelques outils de correction chromatique auparavant durant cette formation. A ce moment, nous avons modifié les valeurs numériques des pixels, en utilisant par exemple les réglages Niveaux, Courbes, Teinte/Saturation, etc. On peut obtenir le même résultat, visuellement, en se servant d’un calque de réglage.
Un calque de réglage, c’est un peu comme si dans la réalité on posait sur un image une matière transparente dont les propriétés physiques modifient l’aspect de l’image qui est endessous : Cette image n’est pas véritablement modifiée, mais elle apparaît comme modifiée. A tout moment si on veut retrouver l’image dans son état non modifié, il suffit d’enlever la feuille qu’on a posée audessus.
Les calques de réglage fonctionnent donc un peu comme cela : un calque de réglage n’est pas un calque qui contient des pixels, c’est un calque qui contient un réglage qui modifie l’aspect des pixels du ou des calque(s) qui se trouvent endessous de lui. A tout moment on peut modifier le réglage, ce qui a pour conséquence de modifier l'aspect des pixels des calques qui se trouvent endessous. En utilisant les réglages comme on l’a fait précédemment on attaque directement les données numériques des pixels d’un calque : cela veut dire que si un réglage qu’on effectue sur un calque fait perdre du détail, on ne pourra jamais récupérer ce détail perdu même en appliquant d’autres réglages.
Par contre, quand on utilise un calque de réglage pour modifie l’aspect des pixels d’un calque qui se trouve endessous, on pourra récupérer du détail qu’on avait fait disparaître… les pixels du calque d’endessous apparaissent modifiés à cause du calque de réglage, mais en réalité leurs données numériques ne sont pas modifiées dans le montage.
Ouvrez l’image CalqReg1.psd… L’aspect de cette image a été modifié en utilisant un calque de réglage. Affichez la palette des calques. Cliquez sur l’oeil en face du calque de réglage… le calque de réglage est alors désactivé… L’image qui se trouve sur le calque endessous apparaît telle qu’elle est vraiment. Notez que même lorsque le calque de réglage est activé, on voit dans la palette des calques l’image qui se trouve sur le calque en dessous dans sa version non modifiée. Plutôt que de simplement désactiver un calque de réglage, on peut également emmener sa vignette sur la corbeille dans le bas de la palette des calques, pour s'en débarrasser définitivement, comme on peut le faire pour n'importe quel autre calque.
Pour modifier le réglage, doublecliquez sur l’icône noir et blanc qui se trouve à droite sur la vignette du calque de réglage dans la palette des calques. A ce moment la boite de réglage s’ouvre. Dans ce cas il s'agit du réglage des Courbes, parce que quand on a créé ce calque de réglage on a choisi que ce soit un réglage des Courbes. La courbe semble non modifiée : elle a une forme de diagonale à 45°. En réalité pour donner cette teinte sépia à l’image, on a été modifié une ou plusieurs des courbes spécifiques Rouge, Verte ou Bleue. Positionnez le pointeur de la souris sur le mot RVB dans le haut de la boite de réglage des Courbes. En descendant successivement sur les réglages spécifiques à chacune des couches constitutives de cette image, vous remarquez que ce sont les couches Rouge et Bleue qui ont été modifiées. La couche Verte n’a pas été modifiée. En fait, peu importe quel est le réglage qui a été appliqué. Vous allez le modifier. Et pour prouver qu’un calque de réglage permet de modifier l’aspect du calque qui se trouve endessous, mais ne modifie pas les données numériques des pixels de ce calque qui se trouve endessous, vous allez réaliser un réglage qui fait en sorte que certaines plages de l’image deviennent totalement unies, sans détail. Vous pouvez attaquer d’un coup les trois couches constitutives de cette image en choisissant RVB dans le menu déroulant qui se situe en haut dans le réglage des Courbes. Une fois que vous avez effectué le réglage, cliquez sur OK pour le valider.
Si vous aviez utilisé le réglage des Courbes directement sur les pixels du calque de l’arbre, en allant dans le menu Image/Réglages/Courbes, à ce moment les pixels qui dominaient du détail et qui ont maintenant disparus serait définitivement perdus. Le fait de revenir avec le réglage des Courbes pour modifier à nouveau le calque de l’arbre ne ferait pas revenir le détail qui a été perdu. Mais comme vous travaillez avec un calque de réglage, le détail est toujours récupérable… Doublecliquez à nouveau sur l’icône noir et blanc qui se trouve à droite sur la vignette du calque de réglage, modifiez la courbe… Vous voyez que du détail réapparaît.
Il est possible de faire en sorte que le calque de réglage ne modifie qu’à certains endroits le ou les calque(s) qui se trouve(nt) endessous de lui… Un calque de réglage est d’origine fourni avec un masque de fusion. Vous allez modifier le contenu de ce masque de fusion… Si nécessaire cliquez sur la vignette du calque de réglage pour indiquer que vous allez le modifier.
Vous voyez que actuellement le masque de fusion de ce calque de réglage est totalement blanc. C’est cela qui permet que tous les pixels du calque d’endessous soient modifiés par le réglage.
Activez le pinceau dans la palette de outils, choisissez une Forme, et choisissez de dessiner avec de la couleur noire, dessinez sur l’image… Aux endroits où vous passez le réglage n’agit plus car vous amenez du noir dans le masque du fusion du calque de réglage. On le voit aussi sur le masque de fusion (également appelé «masque de visibilité») du calque de réglage, dans la palette des calques. Comme pour tout autre masque de fusion, il est possible de le désactiver temporairement, en enfonçant la touche Majuscule au clavier et cliquant en me^même temps sur le masque de fusion.
Il est également possible de visualiser le masque de fusion tel qu’il est vraiment, c’estàdire une image en 256 niveaux de gris, pour cela il suffit d’enfoncer sur la clavier la touche ALT et de cliquer en même temps sur le masque de fusion.
Vous pourriez dessiner avec autre chose que du noir et du blanc dans le masque de fusion du calque de réglage… Si vous dessinez avec du gris, cela fait en sorte que le réglage agisse partiellement sur les pixels du calque d’en dessous…
Si vous dessinez avec du gris clair le réglage agit assez bien sur les pixels du calque d'en dessous, tandis que si vous dessinez avec du gris foncé, le réglage agit très peu. Vous pouvez aussi créer un dégradé du noir au blanc dans le masque de fusion d’un calque de réglage, pour réaliser un réglage progressif d’une partie à une autre de l’image. Ainsi vous pourriez par exemple faire en sorte que le ciel et l’arbre soit modifiés par le réglage, mais pas le sol.
Comment faiton pour créer un calque de réglage? C’est très simple. Tout d’abord nous allons jeter le calque de réglage qui se trouve actuellement audessus du calque de l’arbre… Prenez sa vignette et emmenez la main qui poigne dans la corbeille dans le bas de la palette de calques. On n’est pas vraiment obligé de jeter ce calque de réglage à la corbeille car c’est techniquement possible de disposez plusieurs calques de réglage audessus d’un ou plusieurs autres calques qui contient des pixels, à ce moment les calques de réglages vont agir ensemble pour modifier l’aspect des pixels des calques en dessous. Mais pour modifier les réglages, cela risque alors d’être un peu compliqué puisqu’il faudrait passer par plusieurs boites de réglage et essayer de se rendre compte de l'influence de chacune d’elle sur les pixels d’en dessous.
Pour créer un nouveau calque de réglage, allez dans le menu Calque en haut de le moniteur, descendez jusqu’à la ligne Nouveau puis entrez dans le sousmenu jusqu’à la ligne Calque de réglage…. Vous remarquez que les mots calque de réglage sont suivis de trois petits points dans le sousmenu : lorsque vous voyez dans un menu une commande dont le nom est suivi de trois petits points cela signifie toujours que le fait de choisir cette commande va ouvrir une boite de dialogue. Quand il n’y a pas ces trois petits points, la commande est appliquée tout de suite sans dialogue.
Dans la boite de dialogue Nouveau Calque de réglage, cliquez sur le nom du réglage qui se trouve à droite de la rubrique Type … Un menu apparaît : ce sont tous les réglages possibles. Choisissez celui que vous voulez utiliser pour le calque de réglage que vous êtes en train de créer. Cliquez ensuite sur OK… la boite de paramètrage du type de réglage que vous avez choisi s’ouvre alors. Effectuez quelque paramètrage dans cette boîte de réglage, ensuite cliquez sur OK. Voilà, vous venez de créer un calque de réglage.
Ouvrez maintenant l'image CalqReg2.psd … Ici le calque de réglage fait passer toute l’image en négatif, dans le but d'obtenir un effet graphique. C’est le réglage des Courbes qui a été utilisé pour obtenir cet effet. Toutefois, il y a un type de calque de réglage qui s’appelle Inverser qui aurait pu être utilisé également pour obtenir cet effet.
Ouvrez maintenant l’image Associ2.psd.
Il s’agit d’un montage qui a été réalisé au départ des deux images que nous venons de voir. Mais ici le principe des calques associés a été mis en oeuvre affin dégradé de faire en sorte qu’un des deux calques de réglage n’agisse que sur le calque qui se trouve juste endessous de lui, et non pas sur tous les calques qui se trouvent endessous de lui. Pour comprendre le montage, nous allons l’analyser ensemble…
Le calque tout à fait endessous contient la photographie d’un arbre qui n’a plus de feuilles. Juste audessus de ce calque, il y a un calque de réglage qui fait en sorte que les pixels du calque qui contient l'arbre sans feuille apparaissent en négatif dans le montage.
Audessus de ces deux calques il y a un calque qui contient la photographie d’un arbre qui a des feuilles. Il n’y a qu’une moitié de cette photographie qui apparaît dans le montage, parce qu’on a mis un masque de fusion à ce calque et qu’on a créé un dégradé qui va du noir au blanc dans ce masque de fusion. Juste audessus du calque qui contient la photographie de l’arbre avec des feuilles, il y a un calque de réglage qui donne une teinte sépia aux pixels qui se trouvent endessous de lui.
Normalement un calque de réglage modifie l’aspect des pixels de TOUS les calques qui se trouvent endessous de lui… Mais dans ce cas ce calque de réglage modifie uniquement l'aspect des pixels du calque qui se trouvent JUSTE ENDESSOUS de lui. Pour que ce soit ainsi, on a associé le calque de réglage au calque qui le précède dans l’empilement des calques.
Vous pouvez vérifier que ce calque de réglage n’agit vraiment que sur les pixels du calque qui se trouve juste endessous de lui, et pas sur les pixels de l’autre calque (qui se trouve tout en bas dans l’empilement des calques)… Pour cela cliquez sur l’oeil qui se trouve en face de la vignette de ce calque de réglage pour le désactiver temporairement, puis cliquez à nouveau sur l’oeil pour le activer à nouveau : vous voyez que seuls les pixels du calque d’en dessous sont modifiés.
Maintenant si vous dissociez ce calque de réglage du calque qui se trouve juste endessous de lui, alors ce calque de réglage va agir sur les pixels de tous les calques qui se trouvent endessous de lui, y compris les pixels du calque qui se trouve tout en bas de l’empilement des calques… dissociez le calque en enfonçant la touche ALT au clavier et en la gardant enfoncée, en positionnant le pointeur dans la palette des calques entre le calque de réglage et le calque qui se trouve juste en dessous de lui jusqu’à ce qui vous voyiez apparaître l’icône d'association de calque… À ce moment cliquez : le calque de réglage devrait normalement être dissocié.
Maintenant il agit donc sur tous les pixels des calques qui se trouvent endessous de lui. Donc le calque qui se trouve tout à fait en bas dans l’empilement des calques est maintenant modifié par deux calques de réglage… Celui qui se trouve juste audessus de lui, et celui qui se trouve tout en haut dans l’empilement.
5.19. La gestion des couleurs pour optimiser la capture des couleurs avec le scanner
Cette partie de ce document est identique à celle qui se trouve dans le document du cours de TP Gestion des couleurs et colorimétrie
Cette partie de ce document n’est pas vue durant la formation en Numérisation/Scanning et traitement chromatique RVB, elle sera vue durant la formation en TP Gestion des couleurs et Colorimétrie en seconde année du graduat… Si vous le souhaitez, lisez‑la en dehors de la formation puis posez éventuellement des questions au formateur à ce propos durant la formation
5.20. La gestion des couleurs pour s’assurer que l’écran affiche correctement les couleurs capturées par le scanner
Cette partie de ce document est identique à celle qui se trouve dans le document du cours de TP Gestion des couleurs et colorimétrie
Cette partie de ce document n’est pas vue durant la formation en Numérisation/Scanning et traitement chromatique RVB, elle sera vue durant la formation en TP Gestion des couleurs et Colorimétrie en seconde année du graduat… Si vous le souhaitez, lisez‑la en dehors de la formation puis posez éventuellement des questions au formateur à ce propos durant la formation
La gestion des couleurs pour s’assurer que les couleurs que l’on voit à l’écran s’impriment quasiment telles quelles sur le papier
Que ce soit sur PC ou sur Macintosh®, il existe des systèmes qui permettent de s’assurer que les couleurs que l’on voit à l’écran s’impriment quasiment telles quelles sur le papier.
Le système repose sur l’utilisation des profils ICC®. Le programme qui utilise ces profils s’appelle Colorsync® sur les Macintosh® et ICM® sur les PC.
La gestion des couleurs est une matière complexe qui sera surtout abordée en seconde année durant la formation de colorimétrie.
De l’avis des experts en infographie, ce domaine va impliquer des changements assez importants au niveau commercial dans le futur puisque la maîtrise de la reproduction de la couleur, que ce soit sur papier mais également dans un navigateur Web, va permettre le développement de la vente à distance de biens pour lesquels la couleur a une importance cruciale… C’est le cas des vêtements ou des voitures par exemple. Déjà actuellement, les fabricants accordent une importance énorme à la bonne restitution des couleurs dans les catalogues qu’ils diffusent auprès du grand public car il faut éviter qu'un client ne soit pas satisfait des produits qu’ils a commandé par correspondance à cause du fait que les couleurs du produit réel qu'il a reçu ne correspondent pas aux couleurs du produit qu’ils a vues dans le catalogue.
Si vous voulez vraiment réaliser régulièrement des réglages chromatiques et imprimer correctement vos images, vous devriez remplir ces deux conditions : premièrement il faut que votre moniteur soit calibré (on dit aussi étalonné)
C’estàdire que votre moniteur doit être réglé pour afficher au mieux les images.
Pour cela, on utilise les réglages qui se trouvent sur le moniteur luimême ainsi qu’un petit logiciel qui agit sur la carte graphique de l’ordinateur pour modifier le signal que cette carte graphique envoie au moniteur.
Ensuite il faut avoir réalisé des mesures à l'aide d'un instrument afin de connaître précisément la manière dont ce moniteur calibré affiche les images
Ces mesures sont alors écrites dans un fichier qui s’appelle un profil, et ce profil doit être accessible par un logiciel de gestion des couleurs qu’on a installé sur l’ordinateur.
Modifier manuellement l’intensité lumineuse des pixels d’une image
Comme on n’a pas installé un système de gestion des couleurs sur les ordinateurs qui sont utilisés par les étudiants de première année du graduat, il peut arriver ceci… Quand on ouvre une image dans Photoshop®, elle peut paraître trop claire ou trop foncée. C’est un problème de gamma.
Le gamma, en gros, cela concerne l’intensité des tons moyens dans une image… les tons moyens sont ceux qui se situent entre la partie la plus lumineuse de l’image (c’est souvent du blanc, mais pas nécessairement) et la partie la plus sombre de l’image (c’est souvent du noir, mais pas nécessairement).
Une image peut paraître correcte sur l’écran de la personne qui l’a scannée et travaillée, mais quand on regarde cette même image sur un autre écran, les tons moyens peuvent être affichés plus clairs ou plus foncés.
Il suffit alors de modifier manuellement l’intensité lumineuse des pixels de cette image, le gamma de l’image, pour l’adapter à l’écran par lequel on la visualise.
On sait qu’il y a des procédés automatisés qui existent… C’est la gestion des couleurs avec le logiciel Colorsync® sur Macintosh® ou avec le logiciel ICM® sous Windows®, mais actuellement même les professionnels se battent pour arriver à maîtriser ces techniques de gestion des couleurs qui sont arrivées très récemment.
Pour modifier manuellement le gamma d’une image, allez dans le menu Image en haut de l’écran, à la rubrique Réglages, plus particulièrement dans le réglage des Courbes. Le réglage des Courbes montre un graphique… Cliquez au milieu de ce graphique… Un point est arrivé sur la droite diagonale qui traverse le graphique… Positionnez le pointeur sur ce point et bougezle vers le haut ou vers le bas… Vous remarquez que l’image s’éclaircit ou s’assombrit (cela suppose que la case Aperçu est cochée dans la boite de réglage des Courbes). Une fois que l’image est à la bonne intensité lumineuse, cliquez sur OK.
Il est possible qu’il n’y ait pas besoin de modifier le gamma d’une image… Dans ce cas n’allez pas dans le réglage des Courbes, évidemment.
Fiabilité du moniteur :
Quand on applique un réglage c'est plus exact sur le moniteur quand on visualise à l'échelle 100%.
Exemple de l'image bitmap en diffusion visualisée à 50% sur laquelle le réglage gamma de niveau n'agit pas en réalité alors qu'on a l'impression qu'il va s'appliquer.






























5.21. La gestion des couleurs pour s’assurer que l’imprimante imprime correctement les couleurs qui sont visibles sur l’écran
Cette partie de ce document est identique à celle qui se trouve dans le document du cours de TP Gestion des couleurs et colorimétrie
Cette partie de ce document n’est pas vue durant la formation en Numérisation/Scanning et traitement chromatique RVB, elle sera vue durant la formation en TP Gestion des couleurs et Colorimétrie en seconde année du graduat… Si vous le souhaitez, lisez‑la en dehors de la formation puis posez éventuellement des questions au formateur à ce propos durant la formation
Jargon de l'infographie

les informations s'afficheront sur le site www.Club-Photoshop.com

Logiciels d'animation 2D
Logiciels de montage et trucage video
Techniques d'animation
Techniques de montage et retouche video
Productions d'avant-garde
Suggérez un lien envoyer un mail

convertisseur de devises



Thierry Dambermont est l'auteur
du texte de cette page web
et en reste le détenteur des droits de copyright.

http://www.thierrydambermont.be